Une rebelle sur le Sentier de la Guerre

Auteur invité - 20.07.2018

Bande Dessinée - Sentier de la guerre - Sentier guerre Glenat - indiens far west


BD – À la rencontre des Indiens des plaines, Le Sentier de la Guerre est une épopée extraordinaire à travers l'ouest sauvage américain. Diane Myers, jeune peintre surdouée, décide du jour au lendemain de partir à l'aventure afin de peindre pour la première fois ces tribus dites « sauvages ». Histoire rocambolesque et emplie d'action, ce tome 1 intitulé Ford Buford vous plongera corps et âme dans le Far West de l'Amérique bipolaire du XIXe siècle.

 

Par Johnny Domingues
 Le drawmadaire

 


 

 

Année 1864, plaines sauvage d'Amérique : un décor sans pareil
 

Dans ce premier tome, nous suivons donc l’aventure de Diane Myers, jeune peintre surdouée, fille de sénateur et habituée à côtoyer la haute société de Washington DC. La jeune femme n’est pourtant pas à sa place dans le gratin de la capitale américaine. Un talent insolent pour la peinture lui ouvre les portes de nombreuses galeries d’art reconnues à Washington, mais ce que Diane désire par-dessus tout, c’est partir à l’aventure.

 

Car elle rêve aussi de peindre de près les Indiens des plaines sauvages. Elle décide de quitter la maison familiale soudainement en laissant une lettre à ses parents : il n’y aura pas de retour en arrière, Diane est déterminée et fera tout son possible pour approcher les natifs.

 

Le père de Diane — un sénateur peu coopératif et empli de mépris envers les indiens — ne désire qu’une seule chose : annexer tous les territoires indiens et ainsi chasser ces « sauvages » hors de « son » pays. C’est aussi l’une des raisons qui ont poussé Diane à fuir loin de son père, loin de Washington, berceau du pouvoir.

 

C’est donc à travers l’histoire de cette jeune femme intelligente, rebelle et emplie de fougue que nous pénétrons dans le monde indien, avec ses traditions et ses coutumes, mais aussi ses conflits, internes et externes.

 

L'aspect historique, un support maîtrisé

 

Les conflits politiques entre les nouveaux colons et les Indiens d’Amérique sont fort bien exposés dans Le sentier de la Guerre. Les différents enjeux, économiques pour la plupart, sont relatés de manière à les rendre accessibles et compréhensibles.
 

Mais il s’agit aussi des conflits qui secouent les tribus elles-mêmes : en effet, certaines sont alliées depuis des générations alors que d’autres pactisent avec l’ennemi. On y découvre ainsi que la situation de l’époque était bien plus complexe qu’il n’y paraît. C’est d’ailleurs un point fort de la bande dessinée, qui là encore n’omet aucun détail.

 

La cause des Indiens est l’un des aspects centraux de ce premier tome, si bien que tout au long de l’intrigue sont mis en exergue les points de vue des différents personnages sur le sujet. De multiples discours sont ainsi étayés de manière à avoir une vue d’ensemble du problème.

C’est le cas, par exemple, de « Missouri », un homme/électron libre qui défend la cause des Indiens, ami de ces derniers, grâce à qui Diane parviendra à intégrer la tribu du célèbre et hautement respecté chef indien sioux Sitting Bull.

 

Afin de vivre l’expérience intensément et pouvoir ainsi peindre les Indiens comme elle le souhaite, la jeune femme s’immergera complètement, respectant le mode de vie des Indiens des plaines : elle ira jusqu’à se vêtir comme eux, tombera sous le charme d’un guerrier mystérieux, assistera impuissante à une tuerie contre les Indiens, etc.

 

Diane est un personnage que l’on aime découvrir, tant par sa fougue que par son envie de s’intégrer aux natifs, peuples oubliés et massacrés pour leurs différences. Loin de la « civilisation », Diane parcourt les plaines sauvages à la recherche de vérité, de sa vérité, mais aussi afin de partager des instants de vie avec les Indiens.

 

Les personnages secondaires sont tout aussi attachants, à l’image de « Missouri » à qui la vie paraît de ne pas avoir fait de quelconque cadeau. Soutien inconditionnel de la cause indienne, il le sera aussi pour Diane lorsque celle-ci traversera quelques difficultés dans son épopée.

Touchant.
 

Un travail remarquable
 

La direction scénaristique s’appuie sur des dialogues tout à fait concis, afin de permettre aux lecteurs une totale et rapide compréhension du climat politique et social du XIXe siècle américain. Les lecteurs pourront ainsi se délecter d’une lecture à la fois agréable et emplie de ressources afin de comprendre au mieux l’histoire véritable par le biais de l’histoire fictive.
 

L’esthétique du Sentier de la Guerre est quant à elle sublime, l’ambiance de l’ouest sauvage américain du XIXe siècle y est fort bien retranscrite, dans un camaïeu de couleurs chaudes et vives. La mise en page permet une immersion totale, réelle et attractive, soutenue par les illustrations explosives des scènes d’action, permettant au lecteur de vivre de manière intense chaque instant. 

 

Une bande dessinée ambitieuse qui a su combiner faits historiques et intrigue passionnante, des dessins sublimes et immersifs, suivez, vous aussi, Le Sentier de la Guerre !


<

>




Marc Bourgne (scen.) et Didier Pagot (ill.) - Le Sentier de la Guerre, tome 1, Fort Buford - Editions Glénat - 
9782344019375 - 13,90 €



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.