'Raw' : Spiegelman et Mouly reviennent sur la bulle d'avant-garde

- 23.05.2013

Manga/BD/comics - Comics - Maus - New Yorker - underground


Huit petits numéros espacés sur six ans, mais qui continuent de forcer l'admiration pour leur apport au 9e art. C'est dire le talent réuni dans, Raw Magazine, le beau bébé d'Art Spigelman (Maus) et Françoise Mouly, éditrice artistique du New Yorker. De la débrouille avec les impressions artisanales de Françoise et les débuts de Maus, avant le prix Pulitzer, le couple, en déplacement au Canada, se confiait au National Post.

 

Le festival Toronto Comics Arts déroulait la semaine dernière la rétrospective consacrée au dessinateur. Co-mix, rappel à Raw, le magazine « graphix » et co, comme un couple emblématique de la scène new-yorkaise. « Un prophète solitaire », selon sa femme, dans les années 70, Art se frotte au difficile exercice de maintenir un style underground à la planche à bulles. Mais les temps ne s'y prêtent guère. Sorti de quelques magasins réputés, les marchés de niche sur la bulle contestataire ou qui traite des addictions, s'étiolent. Pas de quoi trouver sa place dans un courant main stream.

 

 

<

>

 

 

Avec un certain mépris pour ceux qui ont réussi, Speigelman se décrit simplement comme « un plouc mondain » à l'époque. Il explique : « Je ne me préoccupais pas des oeuvres si elles étaient dans un musée. » Il faudra attendre une exposition sur Picasso, poussé par le cinéaste expérimental Ken Jacobs, pour trouver ses passerelles avec les Anciens. « C'était un dessinateur de cartoons [Picasso] »,« je pouvais le mettre à ma hauteur », confie-t-il.

 

Raw, ébauche d'une internationale des artistes

 

« Il n'y avait pas de lieu de réception pour les comics », relate Françoise Mouly qui décidera « de le faire elle-même ». Le mythe du loft commun où les deux artistes travaillent à la publication du magazine peut naître. Pour eux, l'époque de Raw est celle où il faut casser les stéréotypes. « Pas un style comme une réponse à la direction que devait prendre le comics », mais « une voix personnelle ».

 

De son côté, Art évoque l'envie de créer un village « Potemkine », il évoque le fait de « feindre l'existence d'une scène internationale du comics »,  quand « la plupart des gens ne se connaissaient pas entre eux ». Mais le village de carton-pâte se métamorphose en vraie ville « avec de grands artistes » et « des écoles qui les suivaient ».

 

« Une oasis » pour le dessinateur que sont cette poignée d'artistes qui ont façonné Raw et la page dessinée dans son ensemble. Il cite naturellement Chris Ware, Charles Bruns, Lynda Barry. Si aujourd'hui le puits dans le désert ressemble à un océan de romans graphiques, le papa de Maus ne regrette pas les nouvelles technologies qui permettent « de réaliser les plus beaux livres possible depuis le Moyen-âge ».

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.