25 aquarelles de Milo Manara vendues pour près de 600.000 €

Joséphine Leroy - 13.06.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - Milo Manara aquarelles - Mino Manara vente enchères - Manara BD érotique Bardot


Lors d’une vente aux enchères, le maître italien de la BD érotique a vendu 25 aquarelles pour très exactement 592.702 €, comme l’indiquent les organisateurs. Les pièces sont inspirées par Brigitte Bardot au sommet de la gloire. Le dessinateur lui voue un culte absolu. 

 

 

 

La vente a été réalisée par la maison Millon, en duplex entre Bruxelles et Paris, et débutait à 15.000 €. Parmi les pièces qui se sont le mieux vendues, on trouve une aquarelle de 56 x 77 cm, dessinée à l’encre de Chine, sur laquelle on voit la célèbre interprète de Harley Davidson se tenir sur la moto, vêtue de cuissardes et accompagnée d’un tigre. Serge Gainsbourg, auteur de la fameuse chanson, disait d’elle : « Sa morphologie, sa démarche de danseuse, son port de tête, son élégance naturelle, faisaient d’elle à mes yeux un félin devenu femme. » L’aquarelle s’est vendue 26.796 € (elle était estimée entre 15.000 et 20.000 €).

 

Mais l’aquarelle qui a battu tous les records en partant pour 35.090 € est celle qui représente l’actrice nue et assise sur le carrelage, a priori inspirée par Le Mépris. Sur une autre aquarelle, vendue 29.985 €, BB est assise, près d’un jaguar situé à ses pieds, avec un air effronté. 

 

La semaine dernière, ActuaLitté avait rencontré Milo Manara. De Brigitte Bardot, le dessinateur italien ne tarissait pas d’éloges. Il prenait même des airs de petit garçon fasciné :

 

C’est un véritable mythe, comme Aphrodite ou Athéna. Elle est la beauté et la sagesse. Brigitte Bardot a été une déesse culturelle : de nombreux professeurs étaient amoureux d’elle. Les hommes ont tous été amoureux d’elle. Elle a représenté un changement éthique, et pas uniquement esthétique, dans la société. Sa manière de vivre, qui dépassait sa seule beauté, était imprégnée d’une philosophie de liberté, comme le projet d’une société future. Peut-être qu’elle-même ne s’en est pas rendu compte, mais elle représentait l’exemple d’un modèle social et philosophique.

 

L'artiste résumait aussi plus simplement son projet : « Les aquarelles sont juste des hommages à l’œuvre d’art qu'est Brigitte Bardot. » 

 

 

L’égérie des années 1960, on le sait, ne laisse personne utiliser son image à tort et à travers. La dernière fois qu’elle avait accepté qu’un artiste la représente date de 1968 lorsque le sculpteur Aslan avait conçu un buste de Marianne sur le modèle de l'actrice du film Et Dieu créa la femme. 

 

Chaque aquarelle a été signée au dos par Brigitte Bardot. Comme touche personnelle, l’ancienne actrice, qui a quitté la profession en 1973 pour se consacrer à la défense des animaux, a également inscrit un symbole, « une marguerite à sept pétales qui veut dire je t’aime discrètement à ceux qui la reçoivent ». Bardot serait-elle plus douce qu'elle ne le laisse paraître ?

 

À l’AFP, Bardot parlait des œuvres de Manara ainsi : « Il a fait des dessins vivants. On y sent le vent... On y lit une révolte, une sensualité, un amusement. »