8 choses à savoir sur René Goscinny, légende de la bande dessinée

Antoine Oury - 24.10.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - René Goscinny - René Goscinny Astérix - René Goscinny BD


Le monde de la bande dessinée commémore en cette fin d'année René Goscinny, disparu le 5 novembre 1977, avec plusieurs expositions et d'autres événements consacrés à ce roi de la bande dessinée. Retour sur quelques détails et anecdotes de la carrière de René Goscinny, avec deux ou trois choses que vous ignorez de lui...

 

René Goscinny.jpg

René Goscinny par Peters, Hans/Anefo — Nationaal Archief Fotocollectie Anefo, CC BY-SA 3.0 nl
 

 

Goscinny était aussi un dessinateur

 

Depuis tout petit, René Goscinny rêve d'être dessinateur et s'entraîne jour après jour pour accomplir sa destinée : devenir un des employés de Walt Disney. Caricatures, courtes bandes dessinées, copie des grands maîtres du genre... Le jeune Goscinny ne ménage pas ses efforts. 

 

En 1945, âgé de vingt ans à peine, Goscinny s'installe aux États-Unis pour y faire carrière. Il illustre des cartes postales, puis des livres pour enfants pour l'éditeur Kunen Publishers. Là, il rencontre de futurs grands noms de la BD américaine : Harvey Kurtzman, Willy Elder et Jack Davis, qui participeront tous au magazine Mad et lui enseigneront les techniques propres au comics américain...

 

Parmi ses bandes dessinées les plus abouties, on peut signaler Dick Dicks, qui sera publiée en Belgique : mais René Goscinny abandonne rapidement le dessin face au succès de ses scénarios, sans regret.

 

Astérix a failli ne pas naître

 

Astérix a été créé pour les pages du journal Pilote, que Goscinny et Uderzo ont contribué à fonder. Au départ, les deux compères pensaient à un projet de modernisation du Roman de Renart. « Nous avions d'ailleurs fait une ou deux pages, et puis nous avions appris que quelqu'un venait de faire quelque chose de tout à fait similaire », explique René Goscinny à Jacques Chancel en 1972. C'est alors qu'Astérix s'est imposé aux deux créateurs.

 

En travaillant, Goscinny pensait souvent à se suicider

 

Travailleur très appliqué, René Goscinny avait parfois l'angoisse de la page blanche. Sauf que le cocréateur d'Astérix prenait la chose très au sérieux. « Gilberte, son épouse, m'a souvent raconté : quand René avait à écrire un nouvel Astérix ou un nouveau Lucky Luke, elle voyait pendant deux ou trois jours un homme qui tournait en rond, qui disait “Ah oui, c'est fini ! Le célèbre Goscinny, le grand humoriste, il est mort ! Je suis incapable d'avoir une idée et je vais arrêter, c'est bien simple” », se souvenait Pierre Tchernia dans le documentaire Profession humoriste, consacré à Goscinny. Dans le même documentaire, Gilberte Goscinny ajoutait qu'il arrivait parfois dans la pièce où elle était en annonçant « Je vais me tuer ! »

 

Heureusement pour les lecteurs (et Gilberte), « le lendemain, le surlendemain, ou trois jours après, elle ne le voyait plus sortir, elle entendait le tic-tac régulier de la machine à écrire » explique Pierre Tchernia dans le documentaire Profession humoriste, consacré à Goscinny.

 

Chez Pilote, son bureau ressemblait à un vaisseau spatial

 

À la direction du journal Pilote, René Goscinny a permis à des dizaines de dessinateurs et de scénaristes de publier des bandes dessinées, qui, souvent, deviendront des références. En tant que grand gourou du 9e Art ou presque, grâce au financement de l'éditeur Dargaud, Goscinny avait un bureau à sa mesure, plein d'accessoires high-tech. Ce qui l'amusait énormément, comme on peut le voir ci-dessous.



René Goscinny détestait le nationalisme


Astérix et Obélix font partie des symboles préférés, malheureusement, des réactionnaires et autres nationalistes, qui n'hésitent pas à mettre en avant la résistance des Gaulois aux Romains comme une forme de lutte contre une mondialisation honnie. Sauf que René Goscinny était un universaliste, très ouvert sur les autres cultures.

« Je ne peux être ni chauvin ni nationaliste : quelqu'un qui a beaucoup vécu à l'étranger ne peut pas l'être parce qu'il le voit de l'autre côté. [...] Quand vous vivez à l'étranger, il arrive toujours que quelqu'un vous dise : “Si ça vous plaît pas ici, rentrez chez vous.” [...] Alors vous pensez bien que je ne me suis pas amusé à faire d'Astérix le chantre de ça, quand même », soulignait-il dans un entretien.
 

Goscinny a permis à Reiser d'être publié en tant qu'auteur-dessinateur


Directeur de Pilote, René Goscinny permet à des dizaines d'auteurs et de dessinateurs de s'exprimer régulièrement et, surtout, d'être rémunérés pour cela. Mais le scénariste fait également des choix qui comptent : ainsi, il décide de publier les dessins de Reiser, quand celui-ci officiait surtout comme scénariste.

« Les scénarios de Reiser étaient dessinés, ce n'était pas des trucs tapés à la machine et à un moment donné, [Goscinny] a dit : “On va la publier comme ça, c'est une histoire, c'est Reiser, c'est son style.” Il y a eu un tollé [...] mais on peut s'apercevoir vingt ans après que Reiser fait partie des classiques » expliquait Marcel Gotlib dans le documentaire Goscinny : Profession Humoriste.
 

Exposition : René Goscinny,
la bande dessinée et l'humour le remercient



Goscinny a été jugé par un tribunal des auteurs de Pilote


En 1968, la France connaît une intense période de révoltes et de renouveau intellectuel. Les auteurs de Pilote sont emportés par la vague et certains dessinateurs décident eux aussi de marquer leur opposition à l'autorité qui, dans la rédaction, est incarnée par René Goscinny.

« Goscinny s'est retrouvé devant une assemblée générale brandissant le poing, “ Comment ? Pourquoi le succès d'Astérix ? Nous aussi, nous voulons nous exprimer, nous avons des choses à dire...” Et René Goscinny, qui était d'une sensibilité extrême, a pris ces attaques du moment pour des attaques le concernant lui personnellement », se rappelait Guy Vidal, scénariste et journaliste à l'époque. Goscinny abandonnera la direction du journal, dégoûté par ce procès.
 

Goscinny a inventé des expressions du langage courant


Certes, il aimait à glisser des citations de L'Énéide de Virgile – Timeo Danaos et dona ferentes, entre autres – mais sans Goscinny, les expressions « Devenir calife à la place du calife » et « Tirer plus vite que son ombre » n'existeraient pas !

Pour en découvrir plus sur René Goscinny :