medias

9 secrets sur la réalisation du film One Piece Gold

Florent D. - 10.04.2017

Manga/BD/comics - Univers Manga - One Piece Gold - One Piece secrets - One Piece film


Trois ans se sont écoulés depuis le dernier film sorti au cinéma. Voici venu le nouveau chef-d’œuvre, One Piece Gold ! L’équipe de production s’est donné corps et âme afin de satisfaire les fans de l’œuvre. Voici les différents « points d’or » de la conception du long-métrage. En attendant sa sortie en DVD et Blu-ray, ce 26 avril...

 


 

1. La grande aventure vers l’écriture d’un scénario

 

Le maître d’œuvre, responsable du scénario du film, est celui qu’Eiichiro Oda surnomme le « Grand tacticien », Tsutomu Kuroiwa. L’écriture du scénario a pris plus de deux ans, entre soirées takoyaki et barbecues réunissant M. Kuroiwa, M. Oda et M. Miyamoto, le réalisateur. Après dix versions différentes du scénario et un nombre inimaginable d’élaborations de l’intrigue de base, le but était de créer un film qui divertirait au plus haut point les spectateurs du monde entier. Ainsi fut créée la perle des scénarios, mêlant spectacle détonant, dénouement surprenant et action à couper le souffle. Le scénariste lui-même ne tarit pas d’éloges quant à ce qu’il considère être « un film qui restera dans les mémoires ».

 

2. Cap vers Grantesoro, un navire titanesque

 

L’équipe du film s’est rendue à Las Vegas afin de trouver l’inspiration nécessaire à l’imagination et la conception d’un navire gigantesque voué uniquement au divertissement, qui deviendra le décor principal du film. Ils ont visité plus de vingt lieux, casinos et hôtels ainsi qu’assisté aux spectacles à l’affiche lors de leur séjour. La ville lumière attise alors le feu de l’imagination qui brûle chez les membres de l’équipe de production. Ensemble, ils décident de créer un lieu « qui surpasse Las Vegas ». Pour ce faire, ils conçoivent dans les moindres détails le Grantesoro, un navire long d’une dizaine de kilomètres. Le studio responsable des décors est la société Kusanagi qui a, entre autres, travaillé sur la licence Final Fantasy. Tout a été mis en œuvre pour que le public puisse apprécier sur grand écran et à sa juste valeur un lieu aussi immense, résultat d’une étude poussée sur le terrain et d’images de synthèse grandioses.

 

 

3. Le plus grand nombre de notes, croquis préparatoires et esquisses jamais réalisés pour un film, nés de la main d’Eiichiro Oda en personne

 

Eiichiro Oda, qui supervisait la production comme lors du film précédent, a cette fois été bien plus impliqué dans la création, et a battu des records en terme de quantité de travaux remis pour la création du long-métrage. Il a ainsi participé activement à l’écriture du scénario, a vérifié lui-même chaque page du story-board, et a rendu plus d’une centaine de croquis sur les tenues et le background des personnages. Le point clé réside notamment dans l’écriture de la vie du personnage de Tesoro.

À l’instar des personnages de la série, il a été conçu avec une histoire complète et complexe, notamment des détails absents du film mais qui ont servi en interne à l’équipe de réalisation pour mettre en scène ce protagoniste charismatique (plus de détails dans le volume One Piece 777 remis en salle au Japon aux spectateurs). La scène d’introduction et sa musique, ont été particulièrement soignées et résultent de plusieurs heures de réunions et discussions intensives. M. Oda a pris son rôle de superviseur de production très au sérieux et assume l’entière responsabilité du travail fourni pour cette œuvre.

 

4. La scène d’introduction la plus longue de la licence

 

Le générique du film ne dure pas moins de 12 minutes. On peut y voir Tesoro et Carina chanter et swinguer entourés de danseurs et d’un immense orchestre, tandis que Luffy et sa bande montent à bord du Grantesoro. M. Oda assume complètement cette scène d’introduction qui dure plus d’un dixième de la durée totale du film. Il se justifie d’ailleurs en précisant qu’il est un maniaque des génériques d’introduction. Il ajoute ensuite qu’il ne supporte pas les films dont l’introduction est barbante. Afin de répondre à ses attentes, l’équipe de production a eu recours à de la capture de mouvement pour la chorégraphie et a fait appel à un orchestre pour la musique. Un générique qui cloue d’entrée de jeu le spectateur à son fauteuil.

 

5. Eiichiro Oda nous parle de la capture de mouvement !

 

La chorégraphie de Tesoro dans la scène d’ouverture a été exécutée par un danseur professionnel, dont les mouvements ont été enregistrés afin de les reproduire sur un modèle en 3D. Là encore, c’est M. Oda qui a tenu à utiliser ce procédé. Kahori Kanaya, travaillant sur des projets prestigieux tels que les concerts du groupe B’z, sur le spectacle musical Dragon Quest Live Spectacle Tour, ou encore le One Piece Premium Show du parc d’attractions Universal Studio Japan, a orchestré la chorégraphie. Sa mission était de créer un spectacle survolté et éblouissant, sur une scène qu’on ne pourrait construire en vrai, même avec tout l’argent du monde. Eiichiro Oda a écouté et étudié attentivement toutes les propositions de la chorégraphe, et s’est même rendu sur le tournage.


 

6. L’importance de la « vraie musique »

 

Connaissez-vous Mayumi Kojima, qui a composé le morceau d’introduction et les autres chansons du film ? Elle a fait ses débuts en 1995 avec le single « Kekkon Sôdanjo ». Selon M. Oda, cette compositrice et interprète a révolutionné le milieu musical à l’époque. Eiichiro Oda a été intraitable sur l’importance de la musique dans le film dès le stade de l’écriture du scénario. Ayant lui-même suivi la carrière de Mayumi Kojima, il a très tôt proposé son nom en tant qu’artiste qui collerait parfaitement à l’univers du film. Il s’est montré très insistant, jusqu’à faire écouter ses morceaux à toute l’équipe, le réalisateur y compris. Puis quand l’équipe a écouté, la première maquette, tout le monde est tombé d’accord. M. Oda, lui, était satisfait.

« Je n’ai jamais écouté que de la vraie musique », a-t-il dit en acquiesçant. Le challenge était de taille pour Mayumi Kojima qui devait écrire son premier morceau d’un groupe de swing de plus d’une dizaine de minutes. Toujours est-il qu’elle a réussi avec brio à s’imprégner de l’univers du film et de ses personnages.

 

7. Le grand retour de Hikari Mitsushima dans One Piece !

 

L’actrice Hikari Mitsushima, égérie actuelle du cinéma japonais, prête sa voix au personnage de Carina. Pour sa première expérience de doublage, elle a dans un premier temps assisté aux séances d’enregistrement des comédiens de la série. Elle a su rester professionnelle et n’a pas cédé à la panique en voyant Mayumi Tanaka et ses camarades, habitués des studios, se lever, déclamer leur texte, se rasseoir, tout le temps être en mouvement autour des micros. Mieux, elle n’a pas attendu longtemps avant de faire une première session d’essai. Son personnage est le deuxième plus important après Tesoro, et le réalisateur avait donc beaucoup de consignes et d’attentes sur ce point. Mais comme l’ont si bien fait remarquer les producteurs, « elle s’améliore de jour en jour ».
 

One Piece Gold : Monkey Luffy flambe au casino Gran Tesoro


Elle ne perdait pas sa concentration même pendant les séances les plus longues. Le jour de l’enregistrement de son rôle, Akemi Okamura, ayant pourtant terminé le doublage de Nami, est venue au studio pour épauler l’actrice et lui donner quelques conseils. À les voir, on aurait cru assister aux scènes du film entre leurs deux personnages, Nami et Carina. Il ne faut pas non plus oublier que Hikari Mitsushima a également chanté pour la scène d’introduction lors de son duo avec Tesoro. L’actrice s’est totalement prise au jeu et a incarné le personnage avec brio jusque dans le chant. Elle-même avoue avoir pris énormément de plaisir à camper le rôle de Carina. Mayumi Kojima, compositrice et parolière du morceau en question, y va de son compliment et ajoute que l’actrice a une voix claire, juste et agréable. Hikari Mitsushima, ayant autrefois chanté le générique de la série télévisée au sein du groupe Folder, est de retour aujourd’hui pour jouer et chanter sous les traits d’un personnage de premier plan.

 

8. Des invités de marque et de tous horizons pour un doublage en or massif
 

Hikari Mitsushima n’est pas la seule invitée d’honneur du casting. D’autres grands noms sont venus prêter leur voix à des personnages atypiques du film. Par exemple, Gaku Hamada, fan incontesté de One Piece, a joué le rôle de M. Tanaka avec une ferveur sans pareille. Connaissant l’œuvre par cœur et n’ayant jamais raté un épisode, il a tout de suite su s’immerger dans l’univers du film. Nanao, doubleuse de Baccarat, est parvenue à s’imposer d’entrée de jeu parmi l’équipe de tournage. Elle a tout de suite saisi ce qu’on lui demandait pour le personnage, uniquement en étudiant les croquis et les notes préparatoires.

Kendô Kobayashi a prêté sa voix de baryton et son côté maso (naturel ?) au personnage de Dice, qu’il incarne à merveille. Enfin, Kinya Kitaôji, qui joue le rôle de Max la Relance, s’est préparé à 100 % pour le rôle, jusqu’à porter les mêmes lunettes de soleil. Il a apporté à ce personnage comique une touche raffinée propre à l’acteur. Bref, un doublage en or servi au public sur un plateau d’argent !

 

9. Un casting renforcé par des comédiens de doublage en or


Pour terminer, n’oublions pas les grands comédiens de doublage qui ont participé à ce film. Kazuhiro Yamaji dans le rôle de Gild Tesoro, est un acteur et doubleur notamment sur des productions hollywoodiennes. Il interprète de sa voix rauque le personnage haut en couleur. Notons également la présence de Tooru Furuya, Satsuki Yukino, Tomokazu Seki, Masaya Onosaka et Fumihiko Tachiki, déjà présents dans la série télévisée, ainsi que Chinatsu Sakamoto, doubleuse de Mei dans Mon voisin Totoro, Naoko Watanabe, doubleuse de Tama dans la série Chibi Maruko-chan, Wataru Takagi, acteur dans la série fleuve de NHK Sanadamaru, Nobuyuki Hiyama, doubleur de Hiei dans Yûyû Hakusho, Takahiro Sakurai, doubleur de Matsuno Osomatsu dans Osomatsu-san, ou encore Ryôko Gi, doubleuse attitrée de la comédienne Zhang Ziyi.

Autant de personnalités du monde du doublage pour solidifier le casting avec des fondations en béton. De quoi ravir les fans de japanimation.