“À chaque planche, je me demande si elle est essentielle ou non” (Yslaire)

Antoine Oury - 23.09.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - Yslaire Sambre - Yslaire BD - Yslaire Huberty & Breyne


Pour la première fois, le dessinateur et auteur de bandes dessinées Bernard Yslaire s'expose au sein de la Galerie Huberty & Breyne de Paris. Fleur de Pavé, septième tome de sa série historique Sambre et premier volet d'une trilogie qui mettra un terme à une histoire commencée il y a 30 ans...

 

Yslaire à la Galerie Huberty & Breyne, Paris

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Alain Huberty et Marc Breyne, experts reconnus de la bande dessinée « classique » franco-belge, ne sont pas en reste lorsqu'il s'agit de soutenir et de valoriser l'œuvre des contemporains : « Je les connais depuis plus de 20 ans, ce sont de vrais collectionneurs, ils étaient les premiers à une époque où pas grand-monde achetait et vendait des planches », témoigne Bernard Yslaire lui-même. « Alain est très rationnel, très construit, avec une vision pour développer le marché de la planche, quand Marc, assez exceptionnel dans son genre, a un vrai regard sur le dessin », explique-t-il. « Il a cette capacité à faire la différence entre un dessin rassurant et celui où quelque chose se passe. »

 

Il y a 30 ans, Bernard Yslaire se lançait dans l'aventure Sambre, une vaste fresque historique commencée, pour les deux premiers tomes, avec Balac, que son auteur identifie comme « une tragédie » : « Depuis le premier tome, il est prévu qu'il y ait une fin, c'est le propre de cette série. Ses personnages vont traverser une vie et mourir : il y a une malédiction attachée à cette famille qui fait qu'un beau jour, la malédiction est plus forte. La question n'est pas qu'elle se réalise ou non, elle est dans le “Comment ?” »

 

Yslaire à la Galerie Huberty & Breyne, Paris

 

 

Le sort en est jeté : dans deux albums, l'histoire d'amour sera terminée, dans la mort. « Ma vie est trop courte, et Sambre me demande tellement de temps que je n'ai pas envie de le perdre à faire l'album de trop. À chaque planche, je me demande si elle est vraiment essentielle ou pas. Chaque album, je le pense comme si c'était le dernier », souligne Yslaire.

 

La galerie expose des planches et des crayonnés de différentes études, tous en vente et extraits du tome à paraître, Fleur de Pavé, en librairie le 28 septembre prochain. Pour cet album, Yslaire est revenu à une technique manuelle, sans pour autant abandonner la palette graphique et sa passion pour les nouvelles technologies : après tout, il fut l'un des premiers auteurs franco-belges à ouvrir son site web à la fin des années 1990 avec Mémoire du XXe ciel, une expérience en ligne dont il tirera XXe ciel.com.

 

Yslaire à la Galerie Huberty & Breyne, Paris

 

 

De l'historique au contemporain, c'est un peu ce que font aussi Huberty & Breyne depuis Bruxelles avec 300 m2 d'espace pour faire dialoguer les auteurs et les artistes contemporains, très liés à travers l'inspiration que le pop art ou la figuration narrative tirent de la bande dessinée. À travers leur activité de galeristes, les deux hommes s'attachent à perpétuer la tradition philanthropique de leur métier. Dans les prochaines semaines, ils accueilleront Loustal, ainsi que Christophe Chabouté et CharlÉlie Couture, et envisagent l'ouverture d'un Huberty & Breyne Lab pour soutenir les jeunes auteurs.

 

Yslaire, quant à lui, se réjouit de bientôt boucler la saga Sambre : « Cela fait 30 ans que je l'ai commencé, et je sais que j'ai la maturité graphique et émotionnelle pour pouvoir être au meilleur de ce que je projetais depuis le départ, pour finir en beauté. Je crois que je n'ai jamais aussi bien dessiné, et que je n'y ai jamais pris autant de plaisir » jubile l'auteur.

 

Comme il le souligne lui-même, « dans le romantisme, le plus beau, c'est la fin ». Vivement, alors.

 

L'exposition est visible jusqu'au 23 octobre à la Galerie Huberty & Breyne, 91, rue Saint-Honoré à Paris.

 

Yslaire à la Galerie Huberty & Breyne, Paris