Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

A défaut d'être taillé dans le menhir voilà Obélix coulé dans le bronze

Julien Helmlinger - 22.11.2013

Manga/BD/comics - Univers BD - Astérix - Obélix - Statue


Pour célébrer la parution du 35e album des irréductibles Gaulois, Astérix chez les Pictes, les ateliers de la Monnaie de Paris ont fait chauffer le bronze ce jeudi 21 novembre. En la présence de monsieur Albert Uderzo, une vingtaine de statues d'art a été confectionnée sur le modèle d'Obélix, immortalisé avec son fidèle menhir sur le dos. Chacune d'entre-elles pèse 4,3 kilos, tandis que toutes auront déjà trouvé preneur pour la somme de 2900 euros l'unité. En outre, 3 pièces de monnaie de collection ont également été produites pour l'occasion.

 

 

 

 


Visiblement touché, Albert Uderzo a confié : « Je suis très fier et ému de voir le personnage d'Obélix que j'ai dessiné pour la première fois en 1959, et pour lequel j'ai un attachement particulier, se transformer en un bronze d'art aussi précieux. Et le travail des fondeurs, graveurs et ciseleurs fait écho au travail d'artisan du dessinateur. »


Attentif, le co-créateur d'Astérix, partenaire de René Goscinny, aura suivi les différentes étapes de la fabrication de ces petits monuments. Tout d'abord la coulée, lors de laquelle le bronze atteindrait quelque 1000 °C, la ciselure, et enfin la patine des pièces confectionnées, via la technique de la cire perdue.

 

Comme l'explique Christophe Beaux, PDG de la Monnaie de Paris : « Nous avons choisi Obélix plutôt qu'Astérix pour cet objet lourd, car c'était le personnage le plus approprié. Astérix, lui, figure sur les pièces de monnaie frappées elles aussi à l'occasion de la sortie du dernier album. »

 

La Monnaie de Paris serait la plus vieille institution française encore en activité, et la dernière usine de cette envergure dans la capitale, qui a peu de choses près aurait pu cotoyer les ancêtres Gaulois. Elle aurait été fondée en l'an 864, et se trouve actuellement en pleine rénovation. Tandis que l'on y fabrique désormais plus que des oeuvres d'art, la monnaie est désormais frappée en Gironde, dans l'usine de la Monnaie de Paris de Pessac.