Alcool, tabac, traumatismes crâniens : la santé du capitaine Haddock dans un sale état

Florent D. - 29.07.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - capitaine Haddock santé - Tintin traumatismes aventures - alcool tabac Haddock


Grognon invétéré, capable de proférer les injures les plus invraisemblables – et alcoolique parfois repenti – le capitaine Haddock est ce gentil bougon dans l’univers de la ligne claire. Compagnon de Tintin depuis Le Crabe aux pinces d’or, il vient d’intéresser des scientifiques, qui se sont penchés sur son état de santé. Pas brillant ? 

 

 

 

Au cours des quinze aventures du Capitaine et du reporter, les problèmes de santé rencontrés par le marin ont été passés en revue. Causes et conséquences ont été classifiées en fonction de 225 événements qui pourraient conduire à 249 problèmes de santé, ainsi que deux hospitalisations et trois consultations médicales, assurent les auteurs dans un article.

 

En moyenne, 19 problèmes de santé sont rencontrés par aventure, mais le Capitaine fait preuve d’une santé de fer. Sur l’ensemble des pépins de santé : 

 

193 étaient traumatiques (77,5 %) et 56 non traumatiques (22,5 %). Les plus fréquents des traumatismes étaient les traumatismes crâniens (56 %), et les plus fréquents des PS non traumatiques étaient les problèmes liés à son alcoolisme (56 %), plus particulièrement ceux engendrés par une ivresse aiguë (37 %)

 

Conclusion globale : Haddock est probablement atteint d’une cirrhose alcoolique et, même s’il a diminué sa consommation globale, il n’en reste pas moins un fumeur invétéré – mauvaise association. D’ailleurs, la Turquie avait interdit que le marin soit présenté, à la télévision, dans l’adaptation en dessin animé, en train de fumer.

 

Haddock a souffert au cours de sa carrière de voyageur de 

109 traumatismes crâniens (43 % des problèmes de santé), 

12 brûlures (dont 10 liées au tabagisme d’Haddock),

des problèmes de santé de voyageur (piqûres de moustiques, otalgie barotraumatique, expositions à des animaux exotiques, et troubles du sommeil, évocateurs de décalage horaire)

 

 

Sauf qu’au grand étonnement, probablement, de chacun, Haddock est à peine plus frappé que TIntin : le premier enregistre 190 traumatismes durant les aventures, contre 193 pour Tintin – alors même que Tintin vit plus d’aventures, sans le Capitaine. Des capacités presque surhumaines avait souligné une étude présentée en mai 2015, qui faisait de lui « un personnage de fiction très résistant aux traumatismes ».

 

 

Mais pour Haddock, les conclusions s’imposent : si avec Tintin, les traumatismes crâniens sont les premières causes de problèmes de santé, l’évolution du personnage est notable. En effet, il « passe progressivement d’un statut de capitaine de marine, alcoolique avéré, à celui de châtelain, avec un alcoolisme plus mondain, mais est toujours resté un fumeur de pipe invétéré ». 

 

Et de conclure : « La proportion d’accidents survenant sous l’influence de l’alcool est bien plus élevée pour Haddock. » Comment ça, Tintin picole ?

 

Les chercheurs Eric Caumes, Loïc Epelboin, Géraldine Guermonprez, France Leturcq et Peter Clarke ont publié leurs conclusions sur Science direct dans Les problèmes de santé du Capitaine Haddock au cours des aventures de Tintin. Comparaisons avec ceux de Tintin. Il est consultable ici en anglais.