Alerte à la bombe pour Detective Conan

- 22.05.2013

Manga/BD/comics - Univers Manga - manga - alerte a la bombe - police


Le petit inspecteur aura connu une grande frayeur. Dimanche dernier, les services de police de la ville japonaise de Takamatsuest sont mis en alerte après la découverte d'un objet aux allures de bombe. C'est au 4e étage d'un immeuble qu'une plaquette blanche de 10 cm de longueur est retrouvée remplie d'une matière incertaine avec, à l'une de ses extrémités, des diodes bleues et rouges. Le tout est placé dans un sac couleur argent.

 

 

 

 

C'est-à-dire que, quelques semaines plus tôt, un mangaka avait ouvertement déclaré la guerre aux terroristes. Début avril, Tadatoshi Fujimaki qui avait reçu, six mois plus tôt, des enveloppes contenant du sulfure d'hydrogène liquide, toxique à l'état gazeux, et une mystérieuse poudre blanche, revendiquait le droit à une libre expression. Les deux substances étaient accompagnées d'un ultimatum. Si le mangaka ne cessait pas de parodier d'autres séries sportives avec son titre sur le basket, les prochains envois contiendraient les substances à l'état létal. Mais lui, six mois après, décidait de revendiquer son droit à la création.

 

Revenons à notre bombe artisanale : dans la foulée, le dispositif de sécurité mis en place fait intervenir 10 véhicules policiers, dont un véhicule de déminage et un camion de pompier. Sur place, les spécialistes passent aux rayons X le dispositif, pour découvrir qu'il ne s'agit pas d'un produit explosif, mais d'un bourrage en papier mâché.

 

Rapidement, les enquêteurs font le lien avec la tenue d'un événement consacré au petit détective Conan du mangaka Gosho Aoyama fin avril. L'objet avait été utilisé dans le cadre d'un immense jeu de rôles grandeur nature avec des accents de Piège de Cristal. Les joueurs devaient s'extirper de l'immeuble avant son explosion en résolvant des énigmes.

 

Les responsables de l'événement ont présenté leurs excuses pour les désagréments qui auront mobilisé la police quatre heures. Via ANN