Arrestations à Bruxelles de quatre amateurs du manga Death Note

Clément Solym - 20.09.2010

Manga/BD/comics - Univers Manga - cadavre - enquête - death


Voilà trois ans, un corps (ce qu'il en restait) était découvert, après avoir subi plusieurs et diverses mutilations. Différents éléments retrouvés à proximité du cadavre avaient provoqué quelques inquiétudes sur la santé mentale des meurtriers.

L'affaire avait fait du bruit, jusqu'au Japon, alors même que les forces de police, quelque peu dépassées, avaient envisagé la blague de mauvais goût. Pour seuls indices factuels accompagnaient le bas d'abdomen et les deux cuisses que les enquêteurs avaient trouvés le 28 septembre 2007, dans un parc du sud de Bruxelles.

Death Note, source d'inspiration incomprise

Avec ces morceaux humains était présentée une citation extraite d'un manga, Death Note, écrit sur une double page A4. On pouvait y lire « Watashi Wa Kira dess », signifiant Je suis Kira, une allusion directe au personnage de Death Note qui éradique les criminels dans ses aventures, en notant leur nom sur une liste, à condition de connaître le nom de la personne, ainsi que son visage... Et non loin de l'endroit où gisaient les morceaux, un grand idéogramme écrit avec du riz avait également été déniché, rapporte Le Soir Magazine.


« Nous savons qu'ils sont fans de mangas », vient d'expliquer le porte-parole du parquet, Jean-Marc Meilleur, alors que quatre personnes, âgées de 22 à 24 ans, ont vendredi dernier été arrêtées. Si trois d'entre elles ont avoué les faits, meurtre et un de non-assistance à personne en danger, la quatrième n'a toujours rien reconnu.

« Ils ont expliqué que la victime, dont ils ignorent le nom, résidait avec eux. Mais une dispute a éclaté. Les auteurs lui ont demandé de quitter les lieux. Il n'a pas voulu. De nombreux coups ont été portés, c'est d'ailleurs la cause de la mort », a révélé le porte-parole du parquet de Bruxelles. La relation avec Kira, le personnage du manga publié chez Kana (filiale de Dargaud) n'est pas si claire.

Mais manifestement, pour eux, si. En tout cas, le motif n'allait pas plus loin...

Étrangement, nous évoquions, en décembre 2009, l'inquiétude exprimée face au manga de Takeshi Obata et de Tsugumi Ohba, les inquiétudes d'établissements scolaires à l'égard de ce titre...