Astérix, Gaulois et réfractaire... à la violation du droit d'auteur ?

Nicolas Gary - 03.09.2018

Manga/BD/comics - Univers BD - Gaulois réfractaires changement - Astérix politique Macron - droit auteur Astérix


S’il plaide la distance et l’humour, quand d’autres plaident la négligence, Emmanuel Macron s’est tout de même fait tirer l’oreille. Devant la reine du Danemark, son assimilation des Français à des « Gaulois réfractaires au changement » n’est pas passée inaperçue. Et quand on dit Gaulois, en France, on pense systématiquement Astérix...

 

 

 

De tout temps, Uderzo et Goscinny ont refusé que leurs personnages soient assimilés à des partis, de gauche comme de droite. Ce qui n’a pas manqué à plusieurs reprises, des partis politiques de s’emparer des irréductibles et de leur petit village, pour servir leur propos.

 

On se souvient en mai 2012 de ce que l’UMP belge avait allégrement repris la traditionnelle carte où l’on voit les camps romains encerclant ceux qui résistaient encore et toujours à l’envahisseur. Une tradition, presque, pour la droite, alors que le RPR avait commis la même violation du droit d’auteur en 1998.

 

Des sympathisants du Front national n’avaient pas non plus trop hésité en se servant des personnages pour les élections municipales de 2014. Astérix, Obélix avec son menhir, et tout le petit village semblait fièrement soutenir et encourager à un vote frontiste. Cela émanait d’un militant, et le bureau du FN s’était dégagé de toute responsabilité, bien entendu.




 

Mais à l’heure des réseaux sociaux, on va plus vite. Et c’est probablement avec l’empressement de vouloir trop bien faire que le Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, et Porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux s’est empressé de secourir Emmanuel Macron. Et ce, avec une case tirée d’un des albums d’Astérix, justement.

 

 


Hilarant ? À condition que l’utilisation de l’image en question, soumise au droit d’auteur – en l’occurrence les Éditions Albert René, propriété du groupe Hachette Livre – ait été faite en bonne intelligence. Le journaliste de Next Inpact, Marc Rees, n’a pas manqué d’à-propos sur le sujet

 

 

 

Entre le discours original du président qu’Alexis Corbière (La France insoumise), avait qualifié de « propos d’une sottise confondante », et les pieds que le Porte-parole du gouvernement se prend ainsi dans le tapis, on s’interroge. 

 

Rappelons en effet que dans l’article 13 de la directive Droit d’auteur, les plateformes type réseaux sociaux et consorts auraient pour obligation d’installer des systèmes de protection pour que les utilisateurs ne puissent pas uploader des contenus soumis au droit d’auteur. 

 

Le Syndicat national de l’édition – dont le groupe Hachette Livre est membre, bien entendu – avait d’ailleurs déploré, suite à l’échec du vote ce 5 juillet dernier, une manipulation des ONG par les GAFAM

 

Nous attendons une réaction de la part du groupe Hachette, pour savoir si le Porte-parole avait obtenu l’autorisation de diffusion de cette image. 

 

Ou est-ce une manière discrète de montrer un changement d’état d’esprit de la part du gouvernement, vis-à-vis de la Directive ? Comme le disait le président, « Vous verrez la France transformée par son peuple. Les gens changent d’état d’esprit, ils sont beaucoup plus ouverts au risque. » Y compris son gouvernement...

 

Si, si... FARPAITEMENT !




Commentaires

Bien sûr que "gaulois" évoque immanquablement "Astérix", depuis Uderzo-Gosciny. Mais pas "réfractaire". On se rappelle tout de même "irréductible", qui caractérise ce Gaulois là...et par là tous ses descendants, dont nous sommes.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.