Au pays du Soleil Levant, McDo recrute ses employés façon MangaDonald

Cécile Mazin - 24.03.2016

Manga/BD/comics - Univers Manga - Japon recrutement McDonald - fast-food restauration - manga anime campagne


Pour les étudiants en peine dans le remboursement de leur prêt pharaonique, McDonald donne une raison de plus de suivre la voie Royale du Bacon. Une vidéo de présentation de la société de restauration rapide vient de voir le jour sur les réseaux japonais, avec pour optique d’aboutir à un recrutement tout aussi viral. Un anime dans la plus pure tradition, qui mêle dépassement de soi et esprit d’équipe. Il ne manque plus que les tentacules...

 

(via Kotaku)

 

 

C’est le groupe de pop japonais AKB48 qui a été sollicité pour faire les voix des personnages, ainsi que la société de publicité Studio Colorido : leur travail conjoint a abouti à ce que des dizaines de milliers de Japonais aient vu la vidéo et Liké, Liké, Liké...

 

L’histoire est celle de Sumire, qui va se faire débaucher par une manager toute souriante, et apprendre comment, à force de persévérance et de défis remportés dans son travail, elle parvient à se dépasser elle-même. La première frite qu’elle apporte à une cliente laisse d’ailleurs rêveur...

 

On aurait presque cru à une version révisée des démons qui préparent la popotte dans Hell’s Kitchen...

 

Crew ni Naro, ou Réjoins notre équipe, est à découvrir ici :

 

 

 

Autant le recrutement d’adultes, en s’appuyant sur un genre prisé par les jeunes et les adulescents peut se comprendre, autant cette transition culturelle démontre un effort global de l’enseigne. 

 

Depuis plusieurs années, les menus Happy Meal offrent aux enfants de recevoir un livre, plutôt qu’un jouet. Un comportement qui avait suscité la colère des parents : après avoir pesté contre la présence de ces jouets qui incitaient les enfants à réclamer du McDo, les géniteurs s’inquiétaient.

 

La présence de livres dans les Happy Meal était-elle une manière de légitimer la junk food ? « En tant que parent, il est beaucoup plus délicat de dire “non” à un enfant lorsqu’il réclame un livre que lorsqu’il veut un jouet Minion », assurait une maman australienne.

 

La question reste posée... Et voilà peut-être un élément de réponse :