Aurélie Filippetti et les auteurs BD : cherche et tu trouveras

Nicolas Gary - 11.06.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Aurélie Filippetti - auteurs BD - SNAC BD


La publication de la lettre ouverte à Aurélie Filippetti, signée par près de 750 auteurs, hier, n'a pas manqué d'émouvoir. Les arguments du SNAC BD ont fait mouche auprès de la ministre, qui a décidé de répondre, pour calmer le jeu. C'est que le sujet est sensible, et ne date pas vraiment d'hier : depuis « plusieurs longs mois », déplore un dessinateur, les auteurs BD tirent la sonnette d'alarme.

 


par James O

 

 

« Dans un pays où le taux de chômage est croissant, nous créons notre propre emploi. Mieux, nous sommes à l'origine de milliers d'autres. Sur le plan économique, l'industrie culturelle est la quatrième plus rentable de France, comme votre ministère s'en est récemment enorgueilli. Sans parler de la vitrine qu'il représente à l'étranger, le marché du livre représente 80 000 emplois et 5,6 milliards d'euros. NOUS, AUTEURS, sommes à l'origine de cette richesse, de cette dynamique », écrit le SNAC BD.

 

Et la ministre a répondu assez promptement, depuis les réseaux, interpellée sur le sujet par le directeur de la SCAM, Hervé Rony.

 

 

 

La situation actuelle, pour les auteurs BD est problématique, face à une réforme de leurs cotisations, destinées au financement de leur retraite. Ainsi, assuraient-ils, « le RAAP vient de nous annoncer abruptement, par simple courrier et sans consultation d'aucune sorte, qu'à compter de janvier 2016 nous allions devoir cotiser à hauteur de 8 % de nos revenus pour financer notre retraite complémentaire obligatoire. Actuellement les auteurs peuvent cotiser à cet organisme privé en ne versant qu'une cotisation minimale de 200 € par an. »

 

Février 2013, fin de l'euphorie d'Angoulême...

 

Les auteurs BD font pourtant valoir que leur situation ne date pas d'hier : l'an passé, au mois de février, plusieurs d'entre eux avaient fortement réagi, alors que la ministre reconnaissait qu'il y a « beaucoup d'œuvres, près de 5500 œuvres nouvelles, mais je trouve cela extrêmement positif, moi. L'essentiel est que la diversité du marché éditorial soit conservée, que les jeunes et les nouveaux talents puissent émerger et que chacun y trouve sa place. Apparemment, c'est le cas. Et puis le virage numérique a été pris assez tôt par l'univers de la bande dessinée , je pense que c'est un atout aujourd'hui ». (via ActuaBD

 

Des propos qu'Aurélie Filippetti s'était empressée de nuancer 

Mme Filippetti constate que le livre, et notamment la BD, se porte bien par rapport aux autres supports du secteur culturel. Donc économiquement, ce secteur n'est pas en crise, pas au sens strict du terme. En revanche, le Ministère reconnaît la précarité des créateurs culturels, il le sait et l'observe de jour en jour ; et pense que les créateurs ne sont pas suffisamment rémunérés pour leur travail. Un des principaux problèmes vient du fait que le créateur est souvent seul à négocier son contrat, établi de façon individuelle. (via BD encre)

 

Et plus concrètement : « Le chiffre d'affaires de la BD, lui, a augmenté. Pour autant, je suis engagée à protéger les auteurs, leur créativité, et assurer leur avenir. N'oubliez pas que c'est moi qui ai insisté pour reprendre les négociations sur le contrat d'édition numérique entre auteurs et éditeurs. Dans le but que leurs problèmes spécifiques soient pris en compte. Je refuse qu'on me fasse un faux procès. »

 

...et les premières "preuves d'amour" 

 

L'époque suivait Angoulême de près, date à laquelle avait eu lieu le premier entretien, et suite aux réponses de la ministre, le SNAC-BD avait tenu à remercier l'intéressée de l'attention portée : « Le SNAC-Bd se réjouit de l'intérêt porté par Madame la Ministre Aurélie Filippetti à la bande dessinée en ce mois de février, qui a vu le succès non démenti du 40e Festival International de la Bande Dessinée à Angoulême, et voit se profiler d'ici quelques jours une "sortie de crise" pour la Bande Dessinée et l'édition papier dans son ensemble. »

 

 

Conférence Les auteurs bientôt à poil (SGDL)

Les auteurs, tous à poil ?

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

C'est que l'on approchait d'une autre date fondamentale : les négociations sur le nouveau contrat d'édition, réunissant le Conseil permanent des Ecrivains et le Syndicat national de l'édition, autour, notamment des enjeux numériques. « En ce moment décisif, le SNAC-Bd veut bien faire confiance à madame la ministre quant à son engagement pour aider les auteurs, et attend d'elle désormais que ses actes suivent ses paroles. Comme on dit : "Il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour !" », concluait alors le SNAC.

 

Depuis, l'accord-cadre a été trouvé, dans le contexte de la mission Sirinelli, et plus d'un an après, non seulement l'accord n'a pas été retranscrit dans la loi. [Voir à ce sujet « Les auteurs pris en stop par une voiture en panne »]. Et dans le même temps, les revendications semblent restées lettre morte au point de revenir à la lettre ouverte, qui pointe une nouvelle difficulté. 

 

Mais entre-temps, et pour toutes les raisons, et d'autres, citées, des auteurs comme Bruno Maïonara, raccrochent leur tablier. « Cela fait un an et demi que j'y songe. Parce que la BD n'est pas viable par rapport au temps que je peux y passer. Le plaisir et la passion ne peuvent pas tout justifier. Être dessinateur de BD, c'est chronophage au point que tu n'as plus de temps à consacrer à l'autre ; c'est sacrifier tout, sans pouvoir en tirer au moins un salaire décent. »

 

« Un éditeur aujourd'hui ne se soucie plus de défendre une série par amour de la BD : il vend de la tonne de papier. La BD est le monde le plus libéral qui soit. La mondialisation et le dumping social, qui fait qu'il est plus intéressant pour un éditeur de rémunérer un auteur tchèque ou chinois, ne nous épargnent évidemment pas. »

 

Le ministère de la Culture a été sollicité par ActuaLitté, dans l'attente d'une réponse. 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.