Auteur BD et artiste plastique, l'argentin Carlos Nine est décédé

Joséphine Leroy - 19.07.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - Carlos Nine Tropikal Mambo - BD Carlos Nine - Argentine Carlos Nine


L’auteur BD Carlos Nine est mort ce 16 juillet à Olivos, dans la banlieue de Buenos Aires. En 2001, il avait reçu le prix du Meilleur Album étranger au Festival d’Angoulême pour Le Canard qui aimait les poules. Davantage artiste plastique qu'auteur BD, il savait manier plusieurs genres. Il avait 72 ans. 

 

 

 

Carlos Nine est né à Buenos Aires, en 1944. Celui qui deviendra auteur de BD rêvait de devenir peintre. Pour ce faire, il avait suivi des cours aux Beaux-Arts. Mais Carlos Nine a vite rencontré le succès avec l’illustration, dans la presse nationale, d’abord, puis dans la presse internationale. Il avait notamment collaboré avec Le Monde ou The New Yorker. Il avait surtout participé à la revue Humor, entre 1983 et 1990. La revue satirique défiait sans relâche la dictature militaire qui épuisait à l’époque l’Argentine. 

 

L’auteur de bande dessinée se fondait dans des genres divers (le polar, la comédie, le western, l’érotisme ou bien la farce surréalisme) capturant d’un trait des personnages dignes de caricatures du XIXe siècle, ceux que l’on adore critiquer par leur côté grotesque. Il avait travaillé avec des scénaristes, tels que Jorge Zentner (la trilogie Pampa, éd. Dargaud), mais aussi Lewis Trondheim et Joann Sfar (Donjon, Monsters n° 8, éd. Delcourt). 

 

À la fin des années 1980, nombre de ses planches paraissent en Italie et en France. Quelques-unes sont publiées dans L’Écho des savanes. Puis arrive l’album Meurtres et châtiments (éd. Albin Michel), suivi de Fantagas (éd. Delcourt, rééd. Les Rêveurs en 2006), puis Le Canard qui aimait les poules (éd. Albin Michel, réédité sous le titre Saubon le petit canard, par Les Rêveurs) qui recevra le prix du Meilleur Album étranger à Angoulême

 

Tropikal Mambo (éd. Les Rêveurs, mars 2016) sera son dernier ouvrage et le lecteur y reconnaît bien la dérision élégante de l'auteur. L’histoire est celle d’un détective qui habite à Panama. Le créateur dissimule le visage de cet homme, habillé d’un chapeau et d’un imperméable. Le lecteur ne voit que son quotidien pathétique : filatures des personnes infidèles, admiration pour les bandits, petits arrangements crapuleux. Dans un tour de force final, le personnage se retourne contre son créateur. Un créateur protéiforme, plutôt artiste plastique qu'auteur BD au sens strict : 

 

 

 

Son fils, Lucas Nine, a suivi les traces de son père avec Thé de noix (éd. Les Rêveurs) notamment. Au regard de l'album, la filiation artistique ne fait aucun doute. 

 

(via Bedetheque)