“Avec les mots on se méfie jamais suffisamment” ? Essayez alors Céline illustré

Florent D. - 01.11.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - Louis Ferdinand Céline - album BD céline - Céline illustrer dessins


Pour les amateurs de Louis-Ferdinand, deux bandes dessinées sont à signaler, prochainement en librairie — voire incessamment sous peu. La première signée Josée Corréa, réunit des tableaux, portraits et visages de l’écrivain. Une recomposition en noir et blanc, absolument splendide… La seconde est une biographie de l’écrivain, qu'ont réalisée Dufaux et Terpant.

 


 

« “Illustrer Céline, j’y arriverai pas...” que vous dites ! Forcément, c’est pas nouveau, personne n’y arrive ! Et c’est tant mieux pour moi. Je n’ai jamais rien demandé à personne, mais c’est fou le nombre de besogneux qui s’accrochent à mes basques ! J’aurais pas sué pour rien ! De voir tous ces prétentieux prétendants au vedettariat me courir après comme des chiots... Permettez-moi d’avoir une petite ride au coin des lèvres — si on pouvait mourir en rigolant », assure Christophe Malavoy, dans la préface. 

 


 

« Les dessins de Correa font vibrer l’émotion et ressortir la finesse dissimulée à l intérieur de l’écrivain. L’art de Correa montre à la fois un Céline qui se referme devant la brutalité et l’absurdité du monde et s’ouvre devant la souffrance des faibles. Un après l’autre, les dessins invitent subtilement à retourner aux sources céliniennes, à son œuvre qui renferme encore tant d’images oubliées ou à peine effleurées, des vérités insoupçonnées et des visions prophétiques », indique Pierre Lalanne.

 


© José Corréa


 

1960. À Meudon, dans son pavillon, Céline est au travail. Sous le regard de Toto, son perroquet, Céline est concentré sur son prochain livre, Rigodon, celui qui clôturera sa dernière trilogie. À l’étage, dans la salle de danse, Lucette fait répéter ses élèves. Alors que le soir tombe, l’orage éclate. Le tonnerre claque comme un coup de canon. 

 

Tardi, "c’est aussi un des plus
grands auteurs du neuvième art"

 

À travers la fenêtre, à la lumière de l’éclair, Céline voit la silhouette d’un cavalier, le maréchal des logis Louis-Ferdinand Destouches, du 12e Cuirassiers, qui semble l’attendre au bout du jardin. Et Céline se replonge dans son passé : la boucherie de 14, la rencontre avec Élisabeth Craig, l’écriture du Voyage au bout de la nuit, son quotidien de médecin, les dérives de la seconde guerre, la fuite à Siegmaringen — l’objet de ce dernier livre – Rigodon. 

 

Et bien sûr, Lucette, sa compagne, présente dans les pires moments, qui fait répéter ses élèves à l’étage. À travers les moments marquants de son existence, Jean Dufaux brosse le portrait d’un homme complexe, écrivain de génie, médecin des pauvres, pamphlétaire antisémite…

<

>

 

Jean Dufaux, Jacques Terpant – Le chien de Dieu – Editions Futuropolis – 978 2754820912 – 17 €

José Corréa — Illustrer Céline, j’y arriverai pas… — Alain Beaulet Editeur – 9782362060441 – 10 €