Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Aventures au pays des contes de fées : l'humour, une vraie modernité

Florent D. - 07.04.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - cont fées moderne - aventure voyages - humour montgolfière


Dans le monde des contes de fées, l’essentiel reste de retrouver la dimension magique et lointaine, le pays merveilleux, des animaux qui parlent ou encore des objets passablement magiques. Avec un peu d’imagination, on pouvait même découvrir des approches futuristes – qui n’a jamais envisagé de lire La Belle au bois dormant comme le premier exercice de cryogénisation ? 

 

conte fées modernité voyages aventures

(Domaine public)

 

 

Aujourd’hui, il serait difficile de servir à des enfants, dans un ouvrage de littérature contemporaine, l’histoire d’une grand-mère et d’un loup aux grandes dents. Ce n’est pas pour autant que les contes ont perdu de leur splendeur : simplement les créateurs repoussent le cadre du « Il était une fois... », pour déployer de nouvelles approches. 

 

Parce que, dans le conte, le primordial reste le merveilleux. Cette dimension tout à la fois réaliste – à un ou deux bûcherons près – où s’immiscent des éléments surnaturels. Des événements miraculeux qui se produisent, et voici que l’on sort totalement de la morosité ambiante, avec un plaisir que La Fontaine le fabuliste ne boudait déjà pas en son temps. 

 

Si Peau d’Ane m’était conté, 

J’y prendrais un plaisir extrême. 

Le monde est vieux, dit-on : je le crois ; cependant 

Il le faut amuser encor comme un enfant

 

 

Évidemment, cet extrait du Pouvoir des Fables est archiconnu. Mais l’amusement que procurent les contes – oserait-on parler de divertissement, de nos jours, lorsqu’un Blaise Pascal nous l’a rendu presque infâme ? – persiste. Sauf qu’il faut trouver ces histoires porteuses d’un message sous-jacent, édifiant ou formateur, pour les enfants.

 

Qui a peur du grand méchant loup ?

 

On relirait avec intérêt le livre de Bruno Bettelheim, daté de 1976, Psychanalyse des contes de fées. Inspiré voire copié pour partie, des travaux de Julius Heuscher, parus en 1963, le livre a ce mérite de décortiquer par le prisme psychanalytique, ces histoires que l’on pensait innocentes. Évidemment, le complexe d’Œdipe s’y taille la part du lion, de même que les angoisses liées à la découverte de l’âge adulte – et des responsabilités qui incombent. Bettleheim écrivait : 

 

Tout conte de fées est un miroir magique qui reflète certains aspects de notre univers intérieur et des démarches qu’exige notre passage de l’immaturité à la maturité. Pour ceux qui se plongent dans ce que le conte de fées a à communiquer, il devient un lac paisible qui semble d’abord refléter notre image ; mais derrière cette image, nous découvrons bientôt le tumulte intérieur de notre esprit, sa profondeur et la manière de nous mettre en paix avec lui et le monde extérieur, ce qui nous récompense de nos efforts.

 

 

Et c’est ainsi que l’on découvre que Le petit chaperon rouge a peut-être bien envie de se faire croquer par le loup – il suffit de se souvenir que « voir le loup », en français, a des connotations très sexuelles. 

 

Poptropica a remplacé la forêt peuplée de Canis Lupus assoiffé de viande : on troque ce monde pour une île déserte, lointaine et peuplée de pirates-vikings un peu balourds. Mêlant plusieurs influences cinéma et télévisée, il prend trois personnages partis en montgolfière pour aboutir à un voyage dans le temps, truffé d’anachronismes comiques.

 

poptropica conte album

 

Dangers, aventures, formations, le tout parfois burlesque, on lirait ici un conte de fées moderne – et plus accessible encore qu’il est en bande dessinée. Amitié, dépassement de soi, construction, le tout avec des artefacts insolites – cette carte au trésor capable d’émettre des sons a quelque chose des bottes que le Chat du même nom enfile.

 

Confronté à une situation extraordinaire, le héros du conte de fées apprend à réagir, découvre la socialisation, tout en dépassant son monde d’enfant. Les monstres qui parcourent Poptropica sont probablement plus funs que ceux des contes, de même que les dodos de l’île sont éminemment plus sympathiques que les trois ours de Boucle d’or

 

Leurs aventures ne sont d’ailleurs pas finies : le tome 2 devrait apporter plus de rebondissements encore. En attendant, on pourra toujours retrouver un extrait de Poptropica ici.

 


Pour approfondir

Editeur : Bayard Jeunesse
Genre : bandes dessinees...
Total pages : 112
Traducteur :
ISBN : 9782747063401

Poptropica t.1 ; le mystère de la carte magique

de Kinney, Jeff ; Chabert, Jack ; Merritt, Korry (Auteur)

Olivier, Mia et Jorge font une balade en montgolfière, mais un orage les surprend et le pilote les jette par dessus bord. Ils atterrissent sur une île peuplée de dodos et de Vikings sanguinaires. Heureusement, ils ont réussi à dérober la carte magique du pilote.

J'achète ce livre grand format à €