medias

Bande décimée : pour les auteurs, avant la chute, l'atterrissage

Nicolas Gary - 28.01.2020

Manga/BD/comics - Univers BD - Bande décimée - auteurs statut rémunération - FIBD auteurs protestation


FIBD 2020 – 2020 sera l’année de la BD. Pas nécessairement celle des auteurs. Le rapport de Bruno Racine a apporté un peu de réconfort : au moins le malaise social et la catastrophe économique sont-ils désormais actés. Or, côté BD, 53 % des auteurs perçoivent moins que le SMIC et 36 % sont sous le seuil de pauvreté. Des données 2014 dont rien ne laisse entendre qu’elles se soient améliorées.



 

En avril 2019, les auteurs et autrices se retrouvaient autour d’un site : Extinction culturelle. Une manière pour sept organisations, deux syndicats d’agents, épaulés par les États généraux de la BD de protester farouchement contre la réforme des retraites. On sait depuis quel marasme cette dernière a pu introduire. Et nous ne manquerons pas d’y revenir.

 

2020 pose les bases d’une nouvelle action : « Autrice-auteur de bande dessinée est un métier en danger, il serait plus que temps que l’ensemble du secteur et les pouvoirs publics mettent en place des solutions concrètes et concertées pour le sauver », peut-on lire sur le site Bande Décimée.

 

Cinq organisations se regroupent cette fois, avec deux constats majeurs : d’abord, le refus de négocier exprimé par le SNE autour d’une rémunération minimum fixée dans la loi et en parallèle, une « Urssaf dysfonctionnelle ». Et cela, alors que 2019 s’est achevée dans un cafouillage complet de la part des pouvoirs publics… autour de la réforme des retraites. Pas faute d’avoir averti charitablement, pourtant.

 
© Guy Pradel / © TM+AP

 

Pour Bande Décimée, Angoulême servira de caisse de résonnance : d’abord, le point d’orgue, la manifestation prévue pour le 31 janvier prochain, dès 16 h 30, devant la mairie d’Angoulême. Tout un chacun est invité à poser son crayon pour rejoindre le rassemblement, et les lecteurs à venir apporter leur plein soutien.

Mais durant toute la période du festival, un hashtag est déclenché : #bandedecimée, du 30 janvier au 2 février (et même avant et après), accompagné de témoignages, dessins ou interventions. À l’image de ce qui avait frappé le salon Livre Paris en 2018 avec #PayeTonAuteur, l’idée est de frapper les esprits et de sensibiliser le public à la réalité du métier.
 

Plusieurs dessins proposés montrent que l’humour est encore au rendez-vous (et l’autodérision, à tendance cynique). Pour le moment…



© TB & Witko


Et le message est à faire passer : « Professionnels du livre, lectrices, lecteurs, nous vous invitons à nous rejoindre car, sans autrices et auteurs, pas de bd ! »

Dossier : Le FIBD 2020, lieu de manifestation et de contestation




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.