Bande dessinée, sexisme et harcèlement sexuel : triste constat

Clément Solym - 29.12.2011

Manga/BD/comics - Univers BD - sexisme - bande dessinée - festival


La vie des comics au Royaume-Uni va s'enrichir d'une anthologie particulièrement attendue, et réalisée par Bayou Arcana. Si l'auteure ne vous est pas inconnue, bravo. Reste que son travail ne vous laissera sûrement pas indifférent.  

 

Elle s'est en effet lancée dans une anthologie qui a réuni une équipe d'artistes femmes et hommes, avec pour intention de changer complètement le visage de la BD. Prévue pour l'année prochaine, cette anthologie a pour mission de mettre cul par-dessus tête les clichés du monde comics, et en finir avec un sexisme ambiant de mauvais aloi.

 

« Historiquement, l'industrie de la bande dessinée a été très longuement dominée par les hommes, mais il y a eu des changements récents », explique Lisa Wood, co-fondatrice de Tought Bubble, le plus important festival de BD du pays qui se déroule à Leeds.

 

 

Or, s'il est bien un secteur dans lequel tout le monde devrait avoir voix au chapitre, c'est bien celui des bulles. Et surtout, pour ne pas créer une BD qui soit exclusivement destinée aux hommes. Le mouvement de la BD-blog féminin, très en vogue en France ces dernières années, sen serait un exemple supplémentaire. Mais résumer la production à cette approche très girly serait limitatif.

 

On citera en effet l'exemple désormais consacré de Marjane Satrapi, qui a proposé des livres passionnants et riches, détaillant l'expérience des femmes en Iran. 

 

Pour Lisa Wood, le festival doit offrir un regard le plus complet possible sur le paysage BD du Royaume - avec un accent porté sur les femmes cette année, alors qu'elles sont plutôt négligées dans les autres conventions du pays. Des conventions, particulièrement aux Etats-Unis, où le sexisme est de rigueur, avec une forme viciée de harcèlement moral, voire physique, ajoute-t-elle. Et pas simplement entre participants : on le retrouve également entre clients et professionnels. 

 

C'est que la culture geek qui va avec cet univers s'accommode peut-être mal de la présence féminine autre que sur papier glacé. Tout un mouvement de protestation s'est lancé avec une pétition depuis le site Change.org, où les auteures et les fans demandent que cessent ces comportements humiliants. 

 

Chez DC Comics, par exemple, la proportion de femmes est passée de 12 % à 1 %, lorsqu'à la rentrée, la gamme des produits a été complètement revue. Si l'éditeur a assuré qu'il prenait ces questions très au sérieux, rien pour le moment n'a été fait pour changer la situation.

 

D'ailleurs, si l'on manque de femmes à la création, ce n'est pas mieux dans les postes de dirigeants des sociétés. Et sans parler des personnages féminins, qui ont du mal à ne pas être soit diaboliquement voluptueuses, voire plantureuses, et mieux encore, ou héritière de cette tradition de femmes avec une taille de guêpe et un bonnet D, le tout dans un costume assez aguicheur.

 

C'est une fois encore du côté des éditeurs indépendants qu'il faut se tourner, pour arriver à trouver du nouveau. Les portes ont été ouvertes, et l'anthologie réalisée par Bayou Arcana et son équipe de femmes et d'hommes apportera peut-être un nouveau regard. Qui vivra verra.