Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Batman Arkham Knight : DC boucle sa trilogie vidéoludique

Antoine Oury - 05.03.2014

Manga/BD/comics - Comics - DC Comics - Batman Arkham Knight - Warner Bros


La trilogie de Christopher Nolan avait permis à DC Comics de faire découvrir à un public parfois étranger aux comics le personnage de Batman, qui jouit désormais d'une popularité assez exceptionnelle. La trilogie cinématographique lancée, le groupe d'édition avait décidé, avec Warner Bros Games et le studio de développement Rocksteady, de mener en parallèle des aventures vidéoludiques, couronnées elles aussi de succès.

 


 

 

Ce dernier épisode, du moins annoncé comme tel, bouclera la trilogie qu'a développée le studio Rocksteady. Reprenant l'ambiance sombre à souhait des films de Christopher Nolan, le jeu oscillait entre infiltration et bagarres épiques, en plaçant le joueur dans le costume du Chevalier noir. Pour ce dernier volet, le studio a misé sur une action sans temps mort, une galerie de supervilains et la possibilité de conduite la Batmobile.

 

Par ailleurs, l'environnement sera plus ouvert, avec des missions moins guidées dans leur développement. Au rang des méchants, on retrouvera Le Pingouin, Double-Face, Harley Quinn, réunis par L'Épouvantail. À noter, il sera possible d'incarner Harley Quinn dans un mini-jeu disponible sur la version précommande d'Arkham Knight.

 

Si le Batman présenté dans le trailer du jeu ne ressemble pas vraiment à Christian Bale, la Batmobile, elle, est pratiquement conforme au modèle présenté dans les films de Nolan. Le studio Rocksteady, filiale de Warner Bros, a confirmé qu'il s'agissait là du dernier jeu qu'il développerait. Rappelons que la trilogie Arkham est en fait une quadrilogie, avec un troisième épisode, Arkham Origins, un préquel réalisé par Warner Bros Montréal.

 

Si le premier jeu, Arkham Asylum (2009), s'inspirait grossièrement du comics L'asile d'Arkham, de Grant Morrison et Dave McKean (1989), les épisodes suivants ont pris leur autonomie au niveau du scénario. DC Comics, tout comme Marvel, a bien compris l'intérêt d'autoriser différentes formes d'exploitation de ses personnages.

 

L'une des plus audacieuses est sans conteste la présence de Batman dans le film La grande aventure Lego, sorti récemment. Le Chevalier noir y est présenté comme un personnage à la voix aussi grave que dans les films de Nolan, mais en un peu plus maladroit, et comme un musicien maudit aux goûts... avant-gardistes. Dans le film Lego, de nombreux personnages sous licence apparaissent (on y retrouve aussi Superman ou Green Lantern, chez DC), mais pas l'ombre d'un super-héros Marvel...