BD adulte, jeunesse, manga : les ventes décollent en librairie

Nicolas Gary - 18.01.2019

Manga/BD/comics - Univers BD - bande dessinée librairie - manga librairie indépendante - ventes BD mangas


La librairie indépendante et la bande dessinée ont connu une belle année 2018. Outre de belles sorties, les ventes furent solides. Si la BD représente 12 % du chiffre d’affaires en librairie, derrière fiction, jeunesse et science humaines, ce CA a progressé de 6,3 % l’année passée.

Fnac Forum 2017
(photo d'illustration ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

À l’occasion du Festival de bande dessinée d’Angoulême, L’Observatoire de la librairie a communiqué un panorama des ventes réalisées. Sur les autres secteurs éditoriaux, les ventes sont en hausse de 0,6 %, montrant que le dynamisme de la BD est bien là.

Et la tendance se confirme, puisqu’en 2017, la croissance était déjà de 6,2 %, alors que le marché reculait de 1,9 %. 

Xavier Moni, président du Syndicat de la librairie française, librairie Comme un roman à Paris, explique : « En 2018, on a trouvé des locomotives dans d’autres secteurs que la littérature, notamment en bande dessinée, avec des phénomènes éditoriaux hors du commun comme L’Arabe du futur de Riad Sattouf, qui sans doute vient capter une clientèle qui habituellement lit de la fiction en forme romanesque. » 

À noter, les bibliothèques et centres de documentation ont très largement augmenté leurs acquisitions en bande dessinée. Le chiffre d’affaires des ventes effectuées par les librairies auprès de ces clients professionnels augmente de +16,9 % en 2018.

Enfin, en 2018, pas moins de 38 834 références BD issues de 535 maisons d’édition différentes ont été vendues. 56 % des bandes dessinées vendues sont des nouveautés de moins de 1 an ; 11 % ont 1 à 2 ans et 32,7 % sont parues depuis plus de 2 ans. 
 
Amanda Spiegel, librairie Folies d’Encre à Montreuil, a ouvert son rayon dédié avec des titres « d’autrices comme Pénélope Bagieu ou Mirion Malle, avec des titres à forte rotation. L’objectif n’est pas de séparer les auteurs hommes et femmes, mais de mettre à part les bandes dessinées à caractère féministe. Il y a aussi une production qui se prête actuellement au travail de gens que l’on suit depuis plusieurs années, comme Liv Strömquist, qui créent de la bande dessinée à fort contenu didactique, entre la bande dessinée et les sciences humaines ».  


 
On constate bien la progression de la BD, passée à 6,3 % de mieux, mais la BD jeunesse augmente de 8 % et le manga de 11,1 %.
 
Mikaël Raoult, librairie Dialogues à Brest, ajoute : « La nouveauté apportant un éclairage sur le fonds, des séries entières de très grande qualité, comme Les Culottées, se maintiennent dans le palmarès des meilleures ventes. On a le sentiment qu’elles n’ont pas encore trouvé tout leur public. J’ai moi-même été surpris par exemple par l’engouement pour le tome 1 de L’Arabe du futur ce Noël, plus de quatre ans après sa parution, ou encore pour la magnifique longévité de Dans la combi de Thomas Pesquet, paru en 2017. On pourrait les considérer comme de nouveaux classiques ! » 
 
« L’univers du manga est en renouvellement constant, avec des titres comme The Promised Neverland, qui tirent l’activité vers le haut. Nous avons toujours autant de demandes de conseils, de tout type de lecteurs, pour s’initier ou faire découvrir, pour enfants ou adultes. On arrive à une belle maturité du secteur, avec, encore et toujours, l’impression de pouvoir gagner du lectorat. » 


Commentaires
Moi j'aime pô les mangas angry
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.