Belgique : Tintin et Milou passeront au tribunal

Clément Solym - 06.04.2011

Manga/BD/comics - Univers BD - tintin - congo - belgique


Les albums de Tintin sont reconnus pour leurs nombreuses qualités : Hergé était un dessinateur de presse au regard de philosophe et de politique aiguisé. Tintin a fait l'objet du Hors-Série de Philosophie Magazine du 30 juillet 2010 intitulé Tintin au pays des philosophes.

Les intellectuels ne tarissaient pas d'éloges sur ce personnage de papier : « Il faut lire Tintin comme un manuel de morale », affirmait même l'académicien Michel Serres dans ces pages.

Les albums de jeunesse ne font pas l'unanimité

Hergé (1908-1983) le reconnaissait devant Jacques Chancel  : son Tintin au Congo était rempli de stéréotypes colonialistes sur les Congolais. Idéalisation des « Blancs », stigmatisation des colonisés, désignés comme des « paresseux » au parler incorrect... (via France Culture)


Inacceptable ! Il l'est toujours, car Hergé, critiqué de son vivant, a refusé de changer les dessins, voulant garder la bande dessinée comme un reflet des mentalités de 1930. Le dessinateur mort, il est impossible de supprimer les fâcheuses bulles...

Et d'autre part, il faut savoir relire l'histoire - et non la réécrire. « Il y a une chose que les Blancs qui avaient arrêté la circulation de Tintin au Congo n’ont pas comprise. […] Si certaines images caricaturales du peuple congolais […] font sourire les Blancs, elles font rire franchement les Congolais, parce que les Congolais y trouvent matière à se moquer de l’homme blanc qui les voyait comme cela ! », précisait en juillet 2010 Daniel Couvreur, citant un article de 1969 de la revue Zaire. (via ActuaBD)

La justice reprend son cours

Selon Bienvenu Mbutu Mondondo, étudiant congolais soutenu par l'association française CRAN, l'idéologie véhiculée par cette bande dessinée vendue à des milliers d'exemplaires chaque année constitue une incitation à la haine raciale. Ce qui est interdit par la loi à Bruxelles !

M. Mbutu Montondo a porté plainte, et le Tribunal de Première Instance de cette ville, après deux ans d'enquête, s'est reconnu compétent pour juger de la dimension raciste de cette bande dessinée. Et ce, à la surprise générale, contre l'avis du procureur du roi.  Ainsi Tintin sera bien jugé pour racisme. « Dans un arrêt rendu lundi, la présidente du tribunal de première instance s'est déclarée compétente et va pouvoir traiter de ce dossier », rapportait hier l'avocat des plaignants. Le Tribunal de première instance a indiqué qu'il entendrait les conclusions des deux parties et fixerait la date des plaidoiries, le 18 avril prochain.

Tintin au Congo est géré par la Société Moulinsart. S'il est peu probable que le Tintin mis en cause soit retiré des librairies, l'album pourrait voir ses ventes restreintes à un public adulte, avec une préface qui contextualiserait l'histoire du contenu...

Pour les avocats des plaignants, la nouvelle est excellente. « On attend de pouvoir enfin plaider sur le fond du dossier, car ça fait mal à nos clients de voir que des gens, notamment des enfants, continuent à lire Tintin au Congo en pensant que les Africains sont stupides. »