Bilal, Tardi, Margerin mécontents de Gallimard : révolte à Casterman

Clément Solym - 13.11.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - auteurs Casterman - Antoine Gallimard - rachat de Flammarion


La vente de Flammarion, et par conséquent des éditions Casterman, dont le catalogue BD compte parmi les plus grands noms du phylactère, se passait presque sans anicroche. Mais ce lundi, c'est un coup de tonnerre qui résonne : les auteurs de la maison interpellent le repreneur, Antoine Gallimard, « éditeur respectable », dont le comportement et l'attitude les plongent pourtant dans l'inquiétude. 

 

 

 

 

« Sans auteurs, pas d'éditeur ! », signent les auteurs, dans une lettre ouverte qu'ActuaLitté publie dans son intégralité. Des auteurs inquiets, en effet, surtout après les premières déclarations d'Antoine Gallimard, qui évoquait la possibilité de vendre Casterman... Propos suivis d'un peu trop près par la démission de Louis Delas, directeur général. Celui-ci avait proposé à Gallimard une alliance entre Casterman et L'Ecole des loisirs, mais le PDG de la rue Gaston Gallimard n'avait pas donné suite, contraignant Louis Delas au départ.

 

C'est « avec consternation » que les auteurs découvraient l'annonce de cette démission, alors que Louis Delas était « l'artisan du redressement et du développement de la maison Casterman. Chacun de nous avait appris à lui faire confiance, ainsi qu'aux équipes qu'il avait su réunir autour de lui », signalent les auteurs.

 

Ils déplorent également que, qu'au cours des dernières semaines, le nouveau propriétaire ne semble pas trop s'être soucié de leur existence.  

 

Pendant les semaines et les mois qui ont suivi, rien n'a été fait pour nous rassurer. Aucun contact n'a été pris avec nous, ni individuellement ni collectivement. Aucun projet éditorial ne nous a été présenté.

 

 

Et d'évoquer sans trembler « le mépris dont les auteurs Casterman font l'objet », de la part d'Antoine Gallimard, qui leur laisse « le triste sentiment d'avoir été instrumentalisés en vue d'un transfert purement capitalistique ». Les auteurs ne souhaitent ni se « compromettre dans un projet qui ne nous ressemble pas, ni l'intention de servir de “vaches à lait” à une quelconque trésorerie ». Il conviendra donc que le PDG de la célèbre maison se souvienne que Casterman, ce sont aussi des auteurs, et que, contrairement à ce qu'affirmait la ministre, et chose que semble avoir oubliée Antoine Gallimard, « sans auteurs, il n'y a pas d'éditeur, nous vous le rappelons aujourd'hui ».

 

Et de conclure : « Et c'est sous d'autres cieux éditoriaux plus amicaux que certains d'entre nous publieront sans doute leurs prochains albums. À moins que... » 

 

« Durant le Salon du livre, alors que le rachat était loin d'être achevé, on avait vu Antoine Gallimard se promener sur le stand de Casterman, avec l'impression du patron qui fait le tour du propriétaire de sa boutique », se souvient un scénariste de la maison, interrogé par ActuaLitté. « Le comportement était étonnant, et m'avait un peu choqué, oui. »

 

Dont acte.

 

De son côté, Louis Delas nous assurait récemment que jusqu'à fin 2012 « « ma fonction sera d'assurer la continuité des projets et la sérénité des équipes, autant que possible. Je souhaite gérer cette situation au mieux avec les auteurs de Casterman. Mais encore une fois, je ne remets pas en question la décision qu'Antoine Gallimard a prise », que de refuser l'accord avec L'Ecole des loisirs. 

 

La fin de l'année sera donc un peu rythmée

 

  

Les signataires sont les suivants :

Enki BILAL, Jean-François et Maryse CHARLES, Didier COMES, Philippe GELUCK, Dominique GRANGE, Benjamin LEGRAND, Régis LOISEL, Jacques de LOUSTAL, Franck MARGERIN, Benoît PEETERS, François SCHUITEN, Fanny RODWELL (Ayant droits d'HERGE), Benoît SOKAL, Jacques TARDI, Patrizia ZANOTTI (Cong/Ayant droits  d' Hugo PRATT)...

 

 

Sans Auteurs, Pas d'Editeurs !