Brian K. Vaughan : deux dessins gay provoqueraient l'ire d'Apple

Clément Solym - 10.04.2013

Manga/BD/comics - Comics - censure d'Apple - cases - homosexualité


Brian K. Vaughan et Fiona Staples sont à l'origine de SAGA, qui vient d'être censuré sur n'importe quel appareil iOS, explique l'auteur. Le comics, dont le 12e épisode a été diffusé cette semaine, contient deux cases avec des images présentant des rapports sexuels homos. Scandale, évidemment, et blocage d'Apple. 

 

 

 

 

Auteur des titres Y: The Last Man ou de la série Ex Machina, Vaughan a remporté à quatre reprise le Eisner Award, et si la censure d'Apple a frappé, sans que la raison soit encore très claire, pour l'auteur, ce sont bien ces images de sexe gay qui sont en cause. Pourtant, si les cases sont particulièrement explicites - une éjaculation, c'est incontestable - reste que l'orientation sexuelle serait bien plus au coeur de cette interdiction. 

 

D'autant que, dans les précédents épisodes de cette bande dessinée, d'autres cases présentaient des rapports sexuels hétéros - avec, ailleurs, des séquences d'une très forte violence. Ce qui tendrait à faire comprendre que l'on parle bien d'une problématique liée à la sexualité entre hommes, plutôt qu'aux rapports sexuels eux-mêmes. 

 

Comme on peut le voir, l'image est pourtant assez discrète : un personnage qui a une télévision greffée à la place de la tête se retrouve blessé, et dans son état, l'écran affiche un homme qui pratique une fellation à un autre, avant de recevoir sur le visage le résultat de son labeur. 

 

Pour l'auteur, c'est un frein évident à la série, parce que, s'il lui est toujours possible de modifier les images, c'est avant tout sa créativité qui est malmenée. Il propose alors d'autres sources pour retrouver le 12e épisode, tout en soulignant qu'il invite à le télécharger depuis tout autre appareil qu'une machine Apple. 

 

Et histoire de se marcher sur la tête, il semble que l'on puisse malgré tout acheter le titre sur l'iBookstore, avec parfois ce fameux épisode 12 qui contient les images incriminées...

 

Cela dit, il ne faut pas accuser en permanence Apple d'être une sainte Nitouche : la plupart du temps, la société américaine choisit de censurer un contenu, simplement pour des raisons économiques - et s'épargner un procès qu'un consommateur trop zélé pourrait engager...