Burka Avengers, héroïne engagée pour l'éducation des filles

Antoine Oury - 01.08.2013

Manga/BD/comics - Comics - Burka Avengers - héros islamiques - Haroon


De loin, et dans la pénombre nocturne, la silhouette aura tout l'air de porter une cape, comme Batman ou d'autres héros. Mais un peu plus d'attention révèle qu'il s'agit d'une femme, et qu'elle porte... une burqa. Burka Avengers, une héroïne pakistanaise, est une série animée relatant les aventures d'une jeune institutrice pakistanaise, en lutte contre les extrémistes, à sa façon.

 

 

 

 

Depuis quelques jours, l'héroïne a attiré l'attention de tous les médias occidentaux : dissimulée par une burqa, qu'elle ne porte pas en temps normal, la jeune Jiya lutte contre les intégristes et autres barbus de tout poil qui souhaitent fermer l'école primaire où elle enseigne. Un combat du savoir contre l'ignorance, dans un pays où 88 % des femmes sont maintenues dans l'analphabétisme.

 

Réalisée entièrement en image de synthèse, la série semble plutôt dynamique, mais c'est surtout le symbole de la burqa, éminemment religieux, qui a interpellé. Son utilisation dans la série est plutôt amusante : elle sert au personnage à voler, tout en protégeant son identité des regards impurs... Un jeu avec les symboles que l'activiste des droits de l'Homme Marvi Sirmed n'a pas apprécié :

Comment peut-on tirer un pouvoir d'un symbole humilie les femmes tout en les privant de leurs droits ? Déambuler en burqa équivaut à un tour en cellule - mettant en avant un symbole de la soumission de la femme. Et maintenant, on imagine une burqa, le symbole de la répression, en un symbole de résistance. Je ne suis pas d'accord.

Le créateur de la série, Haroon, rappelle que le morceau de tissu ne lui sert qu'à dissimuler son identité : à ce titre, la burqa fait partie de la panoplie de la super-héroïne, comme les livres qu'elle utilise pour se battre.

 

 


 

 

Le 9 octobre 2012, Malala Yousafzai, 16 ans, avait été attaquée et laissée pour morte par des tueurs Talibans. La jeune lycéenne était un peu trop libérale pour eux, et devait payer pour sa soif de savoir. La diffusion d'une série télévisée sur les mêmes thèmes révèle ainsi l'attention portée pour l'éducation des plus jeunes.

 

Il ne s'agit pas de la première superhéroïne qui flirte d'une façon ou d'une autre avec l'Islam. On se souvient des 99, une équipe de super héros venus de l'Orient, parmi lesquels on comptait déjà une tête voilée... 

 

Burqa Avengers est certes accompagné d'une campagne marketing bien rodée (CD et spectacle à l'appui), mais la série participe indéniablement à promouvoir les études auprès des enfants, chaque épisode étant sous-tendu par une morale simple, comme la protection de l'environnement ou l'absence de discrimination vis-à-vis du prochain. Et fait de la connaissance une arme.

 

Pas seulement de défense, face aux intégrismes.