Charlie Hebdo : les caricatures de Mahomet, une erreur (Hayao Miyazaki)

Cécile Mazin - 19.02.2015

Manga/BD/comics - Univers BD - Hayao Miyazaki - Charlie Hebdo - caricature Mahomet


Le dessinateur Hayao Miyazaki, au micro de la radio SCT, a plaidé pour un respect des cultures, intervenant sur les caricatures de Mahomet. Âgé de 74 ans, l'homme qui a fondé le studio Ghibli est clair : « Les caricaturistes devraient tout d'abord s'occuper des politiciens de leur propre pays comme motif de leurs dessins. » Pour le reste, respect total.

 

 

John Lasseter and Hayao Miyazaki talk about Studio Ghibli's Ponyo at the Walt Disney/Pixar Animation Studios Presentation at San Diego Comic-Con International

Hayao Miyazaki - Loren Javier, CC BY ND 2.0 

 

 

Dans le cadre de son interview, Miyazaki expliquait sa position : « Je pense que c'est une erreur de faire de quelqu'un qui est vénéré par d'autres cultures le sujet d'une caricature. Nous devons nous abstenir de commettre de pareilles erreurs. » (via Rocket News24)

 

La fusillade intervenue à la rédaction de Charlie Hebdo, le 7 janvier dernier, a entraîné la mort de huit dessinateurs, et quatre autres personnes ont également perdu la vie. 

 

La position de Miyazaki n'est cependant rien d'autre qu'un reflet d'une culture japonaise repliée sur elle-même. Cependant, il se fait l'écho d'une opinion qui n'est pas isolée : si le blasphème n'est pas condamné en France, les attaques contre le prophète musulman n'ont pas nécessairement bonne presse partout.

 

Toutefois, le dessinateur affiche surtout une méconnaissance crasse de Charlie, qui s'en prenait à tout le monde : politique, catholiques, etc. 

 

Mais Miyazaki a toujours été doté d'un fameux talent, doublé par une position de pacifiste et un franc-parler qui ne se préoccupent pas d'aller dans un autre sens du poil que le sien. Contrairement à ses films qui s'ouvrent souvent vers une note consensuelle, ses déclarations ne cherchent jamais à faire l'unanimité. 

 

Il s'était par exemple montré très virulent contre la politique du Premier ministre japonais, Shinzo Abe.