Choc, insaisissable ennemi de Tif et Tondu, est de retour

Florent D. - 23.04.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Tif et Tondu - vengeance - biopic


Les deux petits gros les plus célèbres de la BD franco-belge avaient vu le jour en 1938, sous le dessin de Fernand Dineur. Deux inspecteurs, dont le trait commun est d'être inversement qualifié : Tif est glabre, Tondu est bien velu. Or, c'est en 1954 qu'apparaît un tout nouveau personnage, sorte de super-vilain, habillé d'un costume toujours classieux, et coiffé d'un heaume pris sur une armure de chevalier. 

 

 

 

 

Dineur avait abandonné les histoires de ses deux compères, alors qu'il n'écrivait plus que les histoires, le dessin étant assuré par Will. Trois hommes se succéderont pour tenter de donner une suite et c'est à Maurice Rosy que l'on doit la création de ce mystérieux personnage en queue-de-pie, Choc.

 

Ennemi régulier, il vient de renaître d'immortelles cendres, dans un album publié par Dupuis, que dessine Maltaite, avec Colman au scénario. Tout cela est verni, finement ficelé, et jouissif, quand bien même on ne sait pas qui peuvent bien être Tif et Tondu.

 

Choc, Les fantômes de Knightgrave, pourrait être une forme de biopic sur la création de ce génie, ou plutôt Chevalier du Mal. En réalité, c'est avant tout l'enfance d'un être dont l'existence est écrasée par une naissance obscure, auprès d'une mère amoureuse d'un soldat britannique, amputé du bras gauche, au sortir de la Première Guerre mondiale. Les prémices du Mal, en réalité, ne viennent pas de la nature même de Choc - baptisé Eden, quand il n'était pas encore ce grand criminel international.

 

En fait, de cette enfance quelque part entre Oliver Twist et les quartiers londoniens où a pu sévir Jack L'Éventreur, jusqu'à une maison de redressement où l'un des gardiens sera des plus despotiques, l'histoire d'Eden, devenu Essex, est faite de flash-backs minutieux et intelligents. Les fils de l'histoire et du passé s'entremêlent pour dévoiler que, comme le disait Rousseau, l'homme est bon par nature, mais c'est bien la société qui le corrompt…

 

Soulignons que Actua BD en livre une lecture très intelligente, à laquelle nous renvoyons le lecteur avide, plutôt que de tenter une pâle copie.

 

Un seul regret : peut-être que l'histoire tout entière aurait pu tenir dans un seul tome, mais cette aventure aboutira à un simple dyptique. De choc, sans aucun doute.

 

Choc, Tomes 1, les fantômes de Knightgrave