Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Combo : "Ariel, la petite sirène de Disney, élue maire de Paris"

Nicolas Gary - 26.03.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - détournement - street art - Combo


Il verse un peu dans la provocation, dans l'humour, mais également dans la politique : Combo se présente comme un artiste de rue engagé. De ses premières armes, dans le sud de la France, on retiendra son travail de graffeur à Monaco et Marseille. Directeur artistique pour une agence publicitaire parisienne, jusqu'en 2012, il décide de passer du côté street de l'art, et s'est fait récemment remarquer pour son intervention dans la campagne municipale.

 

 


 

 

« Son travail se concentre alors essentiellement autour du détournement d'images, comme l'illustrent ses premières séries cartoon dans lesquelles il manipule des visuels connus de tous, intégrant des éléments extérieurs à l'image le plus souvent issus de l'univers de la bande dessinée ou du jeu vidéo », précise-t-on sur le site de l'artiste. Sa grande spécialité devient donc, au travers des imageries populaires, la dénonciation des injustices contemporaines, qu'elles soient culturelles, identitaires ou financières.

 

Dans le cadre des élections municipales, sa campagne a consisté à reproduire des visages de célèbres personnages féminins de Disney, qui interviennent sur des affiches avec leur propre message politique. Le résultat est détonnant, et susceptible de faire grincer des dents. 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contacté par la rédaction, il commente également les derniers résultats de l'élection, que ces personnages ont occasionnée : « C'est Ariel qui a remporté la mairie de Paris, avec 29 % des voix, l'emportant sur Jasmine, partie gagnante, et Pocahontas. » Le tout avec 3000 votants, depuis les réseaux. Des résultats partagés, évidemment, sur les réseaux sociaux.

 

 

 

 

L'artiste, qui signe Combo, aka Culture Kidnapper, précise : « Cela tourne en ridicule les élections, autant que cela exprime un ras-le-bol des gens. Nous sommes tous déçus par la classe politique. Chacune des princesses tente de représenter un courant, mais surtout, ce mouvement symbolise le point de vue commun : un manque de confiance, de conviction et d'envie même de voter. Quitter à ce que l'on promette tout et n'importe quoi, autant faire en sorte que ce soit des princesses qui le fassent. »

 

 

 

 

En 2011, il s'était également emparé de Tintin, pour des détournements beaucoup plus sauvages et agressifs. « C'est une référence de la pop culture, dans laquelle j'ai pioché. J'ai changé les insultes, pour lui donner une autre modernité. Ce qui m'intéresse, c'est que les cartoons véhiculent un point de vue, et des émotions. Donald, par exemple, c'est la colère, alors que Pinocchio, ce sera le mensonge. » Et en faisant s'entrechoquer l'ancien et le moderne, le clash est assuré, et le rire vient rapidement. (voir son site internet)

 

Après le second tour, Combo ne compte pas revenir au sujet politique de ces élections. « Ce serait avoir une réaction, et les réactions à chaud ne sont jamais très intéressantes. Artiste, c'est prendre le temps, même quand on agit sous l'impulsion. »