Comics et hip hop sont 'plus proches que jamais', chez Marvel

Antoine Oury - 24.02.2015

Manga/BD/comics - Comics - Axel Alonso hip hop - éditeur en chef Marvel Comics - Run the Jewels Howard the Duck


L'histoire d'amour entre les comics et le hip hop a commencé il y a bien longtemps, mais elle n'est pas prête de s'essouffler, a souligné l'éditeur en chef de Marvel Comics, Axel Alonso. Les deux médias ont développé des relations très proches, avec de nombreuses références dans les textes des rappeurs, qui se sont désormais étendues vers des clins d'œil graphiques, au sein de la production éditoriale.

 


Couverture alternative de Deadpool, par Skottie Young, inspirée de la pochette de Run the Jewels

 

 

Les liens s'étaient noués dès la décennie 1980, aux États-Unis, avec des références aux comics et aux super-héros dans les paroles des premiers titres hip hop. Chuck D, de Public Enemy, se comparait à Thor et Namor dès le premier album du groupe en 1987, quand Run DMC, avec ses légendaires Adidas, dressait la panoplie du rappeur au niveau des costumes de super-héros.

 

Avec le Wu Tang Clan ou Snoop Dogg, les références s'étaient faites plus marquées, et l'on avait ainsi pu retrouver Method Man et le Doggy Dogg sur les bandes originales, respectivement, de Batman Forever et Batman & Robin. Les films n'étaient sûrement pas les adaptations du siècle, mais les titres avaient laissé de bons souvenirs chez les fans.

 

Plus récemment, c'est le rappeur Eminem, grand amateur de comics, que l'on avait pu voir sur les couvertures de comics Marvel, The Punisher et Iron Man. Côté français, si les références abondent dans les chansons des rappeurs, la production éditoriale est plus clairsemée : IAM — Imperial Asiatic Men, paru chez Clair de Lune en décembre 2007, constitue l'une des rares tentatives, particulièrement ratée.

 

De l'autre côté de l'Atlantique, l'éditeur en chef de Marvel Comics, Axel Alonso en personne, a proposé de réunir comics et hip hop dans un angle plus graphique. Connaissant la passion de Killer Mike et El-P pour les comics, il leur a proposé de rendre un hommage aux pochettes de leurs albums Run the Jewels et Run the Jewels 2, dessinées à l'origine par Nicholas Gazin.

  

 

Covers de Run the Jewels 1 et 2

 

 

Deux couvertures ont été confiées, une à Skottie Young, pour Deadpool #45, et l'autre à Mahmud Asrar, pour Howard the Duck #2. Alonso a eu vent de l'initiative « Tag the Jewels » lancée par le groupe à destination de graffeurs du monde entier, invité à produire leur version de l'image de l'album. Plus d'une trentaine de réalisations ont été effectuées, dans les rues de Los Angeles, Jakarta, Chicago, Paris, São Paulo, Lagos, Auckland, Varsovie, ou encore New Delhi.

 

« Ça m'a fait réfléchir. Si ce mouvement a pu se répandre jusqu'au Bangladesh ou Taïwan, avec des gens qui proposent leur propre version du logo [...], peut-être que Marvel peut faire de même et s'amuser un peu » explique Alonso à Rolling Stone.

 

Récemment, le rappeur Birdman a offert à ses fans une couverture de The Amazing Spider-Man #11 en édition très limitée, sur laquelle il apparaît aux côtés du Caïd. Un peu plus tôt, le duo rap d'Atlanta Rae Sremmurd, composé par Slim Jimmy et Swae Lee, était apparu aux côtés du nouveau Captain America sur la couverture alternative de All New Captain America #1.