Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Comics : où sont les femmes ?

Clément Solym - 03.08.2011

Manga/BD/comics - Comics - bande - comics - dessinée


L'éditeur de bandes dessinées américain DC Comics, principal concurrent de Marvel Comics, se voit accusé de machisme par les fan(e)s de comics.

Les lecteurs sont outragés par le manque de femmes chez DC Comics, non pas tant dans les productions que dans les locaux où le pourcentage de créatrices de bandes dessinées va passer de 12% à seulement 1% lors du plan de relance qui aura lieu en septembre.

« Les femmes représentent la moitié de la population et un pourcentage important des personnages de DC Comics et seulement 1% de leurs créateurs », s'insurge Laura Hudson, éditrice en chef à Comics Alliance.


D'ores et déjà, une pétition a été diffusée et signée par plus de 3000 lecteurs, fustigeant l'éditeur « Ces chiffres ne sont pas acceptables et ne seront pas tolérés » allant jusqu'aux menaces « faites quelque chose [...] ou vous verrez vos ventes continuer de chuter »

En effet, des femmes bien représentées dans le personnel de la société pourraient faire augmenter les ventes, explique Elliott Brown, créatrice de la pétition : « Quand les femmes voient d'autres femmes créer des bandes dessinées, elles se sentent leur pouvoir renforcé. Cela les encourage à lire, à acheter et peut-être un jour à participer à l'industrie de la bande dessinée. »

Malheureusement, pour l'heure, la plupart des femmes auteures de bandes dessinées ne parviennent pas à obtenir un emploi à temps plein à cause de cette « attitude de club de vieux garçons adoptée par la plupart des supérieurs ».

L'éditeur américain a pris très au sérieux cette pétition et a pris la parole pour rassurer ces lectrices, rappelant les noms de certaines auteures reconnues, parmi lesquelles Gail Simone, Amy Reeder Hadley, ou encore Amanda Conner.Il a conclu ses propos en annonçant « des projets passionnants dans les prochains mois avec des scénaristes et dessinatrices féminines. » ajoutant : « Nous savons qu'il y a des douzaines de créatrices et nous accueillerions avec joie l'opportunité de travailler avec elles. » (via The Guardian)

Affaire à suivre.