Couverture de Fluide Glacial : Il n'y a pas péril jaune en la demeure

La rédaction - 20.01.2015

Manga/BD/comics - Univers BD - Fluide Glacial - Yan Lindingre - umour bandessinées


La Chine, ou plutôt, un fonctionnaire bien trop zélé, s'est ému de la dernière couverture du mensuel Fluide glacial. Une émotion que Yan Lindingre, son rédacteur en chef, avait vécu intensément. Il assurait à ActuaLitté être soulagé « de savoir que la Troisième Guerre mondiale a été évitée ». Une attitude serine confortée par ce qu'un représentant chinois « a bien dit que cette histoire lui en touchait une, sans faire bouger l'autre ». Hmm... 

 

 

 

Reste que pour accompagner nos confères dans cette difficile lutte pour la liberté d'expression, nous avons souhaité publier l'Edito de Lindingre, probablement, de son propre aveu, la partie la plus sensible du mensuel, à l'égard du peuple chinois.

 

Indication, à toutes fins utiles : les mots accompagnés d'un * sont des contrepèteries. Ou pas. Peut-être. Faut voir. 

 

 

 

Passons au rouleau compresseur (de printemps) les lieux communs et idées reçues éculés* sur l'empire du Milieu.

 

Tout d'abord, le terme “empire du Milieu” provient du concept ancien (notamment pendant la dynastie Zhou) selon lequel la Chine serait le centre de la civilisation et donc le centre du monde. Et voilà déjà 4 lignes de torchées grâce à Wikipédia !

 

En France, l'annexe de l'empire du Milieu*, le “Chinatown parisien”, est plus connue sous le nom de “pays du nem levant”. Ainsi la désignent-ils depuis le xiiie siècle, les habitants de souche de le 13e arrondissement.

 

En 1976, au clépuscule de la lévolution cultulelle, une fouille archéologique* dans le quartier Olympiades est réalisée préalablement à l'érection d'une pagode cubique* de 120 étages. C'est alors qu'une armée de 6 000 grossistes en accessoires simili cuir modelés en argile sparnacienne* est découverte dans le sous-sol lutécien. 

 

A peine exhumées et débarbouillées, les figurines grandeur nature (1,25 m) se mettent à galoper en tous sens tels des citrons pressés en quête d'un pas-de-porte*. Comme il n'y a pas de place pour tout le monde, une partie de cette sémillante faune jaunâtre s'adonne gaiement à la restauration clandestine dans une néanmoins chaleureuse ambiance de paravents richement idéogrammés et de tableaux en relief avec de l'eau électrique qui coule pour de faux dans des forêts de bonzaïs géants (oui je sais, je vous mets un peu la Chine dans les nippons).

 

Venons-en donc à l'épisode tragique de l'extinction des animaux de compagnie porte de Choisy. Selon des recherches récentes, le phénomène ne serait aucunement lié à l'impact d'une météorite place d'Italie. Et pour cause ! Aucun impact de météorite n'y a jamais été relevé !

 

Alors écoutez plutôt ça : selon Confucius*, en CHINE point de NICHE pour le CHIEN… Un wok suffit !

 

 

 

Vous comprendrez donc qu'à titre personnel je préfère me cantonner au riz. Mais il faut avouer, moitié pardonnée, que le grand boum des brochettes de Shih Tzu* (prononcez “chie dessus”) a permis d'éradiquer le problème endémique des bouses canines* sur les trottoirs parisiens.

 

Comme disait Jacques Chirac, grand sinophile et cynophile à ses heures : un resto chinois qui ouvre, c'est une moto-crotte qui ferme. On le voit, le maire d'alors ne rechignait pas à l'humour débridé qui faisait rire jaune par-devant, mais marron derrière !

 

Les jaloux prétendent que les Chinois ne font que copier les inchinois. Faux ! Car bien qu'iceux n'aient pas découvert l'eau chaude (rendons à César ce qui appartient aux Italiens), ils ont bien et bellement inventé la poudre !

 

1 Que fait Marco Polo quand il croise un crocodile ?

Réponse : Il l'accoste

 

2 Quel est l'enfer pour al Dente ?

Réponse : Manger des pâtes Lustucuites

Ils ont également inventé les pâtes, que l'ingénieux système de cuisson dans l'eau bouillante (ramené de transalpine au xiiie siècle par Marco Polo1) a permis enfin d'apprécier “al dente”2.

 

Le saviez-vous ? En Italie, contrairement à en Chine, on accommode volontiers les pâtes de pattes… de chat en lieu et place de pattes de chien comme en Chine.

 

Le saviez-vous aussi ? Plus au sud, en Cochinchine, il paraît que Molle Motte concocte à Pol Pot des nouilles au cochon d'Inde mort. Mais ceci n'est pas notre tasse de thé vert, alors trêve de chinoiseries qu'on appelle “cambodgeries” au Cambodge.

 

Revenons à nos 700 millions de petits Chinois (“et moi et moi et moi” s'écrient les 700 autres millions). Or donc, les Chinois sont idemement les inventeurs de la tongue (la gauche et la droite) alors que les mauvaises langues anglaises (qui fourchent à gauche) prétendent qu'il s'agit d'une invention britannique* (cf. troisième guerre de l'opium du peuple : la révolte des sans-tongues). Et bien que “tongue” signifie “langue” dans la tongue de David Beckham, il faut savoir que 痛浪 (tòng làng) signifie “ondes de douleur” alors que 铜榔 (tóng láng) voudrait plutôt dire “palme de cuivre”.

 

Tout se tient !

 

Comme quoi, “y a pas de fumée sans fu” (Lao Tseu, La Dispalition).

 

Quant aux 5 mandarines par jour de mon épicier mandarin, elles me permettent enfin de chier par la pine ! Quel plus bel hommage pouvais-je rendre à nos lointains cousins d'outre-yourte ?

 

Merci à Raymond Devos pour ses tuyaux.

 

  

 

 

Bonus

CHALADE ÇINOISE : Mon premier est avant si, mon second peut être une couille, ma quatrième 

fait peau neuve, mon cinquième a une tête qui pue, mon dernier vient de  la nuque du porc.

Mon tout est une constluction qui mesule 6700 kilomètles.

                Réponse : La glande mue l'ail d'échine.

 

Le dernier numéro de Fluide est à retrouver à cette adresse, pour un bol d'umour