D'après la Brigade financière, personne n'a abusé d'Uderzo

Clément Solym - 13.12.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Albert Uderzo - abus de faiblesse - Bernard Boyer de Choisy


Suite à une plainte de sa fille Sylvie, les mouvements de la fortune d'Albert Uderzo ont été observés par la Brigade financière, à la recherche de potentiels abus de faiblesse commandités par des « aigrefins » révèle L'Express. L'hebdomadaire, qui s'est procuré une copie du rapport de synthèse, en révèle les conclusions : aucun aigrefin, mais un gendre bien dépensier...

  


Albert Uderzo

crédit ActuaLitté

 

Bien qu'elle ne s'adresse à lui uniquement par le biais d'un avocat, la fille d'Albert Uderzo, Sylvie, se faisait du souci pour la fortune de son père, dessinateur, entre autres, d'Astérix et Obélix. Dans son collimateur : le notaire de ses parents, ainsi qu'un ami de son père, Jean-Claude G., qu'elle soupçonne de manipulations, menant logiquement à quelques extorsions de liquidités.

 

En février 2011, elle dépose donc plainte auprès de la Brigade financière : après plus d'une année d'enquête, et 17 heures d'audition du couple au total, la conclusion est formelle : « Aucun élément n'a révélé des faits d'abus de faiblesse dont auraient été ou seraient encore victimes Albert et Ada Uderzo, qui, par contre, souffrent énormément de l'éloignement de leur fille et de leurs petits-enfants. » Quand la Brigade financière fait office de brigade des moeurs...

 

Mais l'ironie de l'histoire ne réside pas dans ce seul retournement : Bernard Boyer de Choisy, l'époux de Sylvie Uderzo, a bien plus attiré l'attention des enquêteurs que les deux suspects pointés lors du dépôt de la plainte. Ce publicitaire « à la longue chevelure et au verbe haut » d'après la prose de L'Express, est l'auteur d'une biographie du dessinateur, Uderzo-Storix, parue en 1991 chez Lattès.

 

La société du gendre, BB2C, avait obtenu de nombreux contrats des Éditions Albert René, pour la promotion des nouveaux albums d'Astérix : contrats chèrement payés (plus de un million pour le lancement du Ciel lui tombe sur la tête, par exemple), mais pas forcément satisfaisants pour le commanditaire. En 2001, le dessinateur s'étonne aussi d'une SCI pour laquelle sa fille se porte caution à hauteur de 5 millions de francs, tandis que le bénéfice ne revient qu'à De Choisy. Par ailleurs, Albert Uderzo avait eu la surprise de retrouver une planche offerte à son gendre... dans une vente aux enchères. C'est déjà mieux qu'eBay.

 

Le juge en charge de l'affaire a prêté l'oreille aux arguments des deux parties, avant d'organiser une confrontation entre père et fille : la procédure judiciaire devrait en fin de compte s'étioler d'elle-même.

 

Un peu de potion magique pour laver ce linge sale ?

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.