David Sala s'empare du Joueur d'échecs de Stefan Zweig

Florent D. - 23.09.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - joueur échec zweig - David Sala Zweig - Stephan Zweig bande dessinée


Pour son retour en bande dessinée, David Sala a choisi d’adapter Le Joueur d’échecs de Stefan Zweig, un récit qui le hante depuis des années et à la résonnance malheureusement toujours très actuelle. Un pari audacieux tant cette nouvelle aura marqué des générations de lecteurs depuis sa parution. 

 



 

Mais l’exigeant et impétueux talent graphique de David Sala relève avec brio le défi de cette adaptation, avec cette mise en images toute en couleurs directes. En grand maître de l’aquarelle, il transcende le récit de sa vision multicolore et lumineuse, une représentation qu’il a voulue très personnelle, au plus près de son propre ressenti. Loin de vouloir remplacer l’écrivain, il sublime cette œuvre testament, en l’accompagnant tel un musicien. 

 

L'auteur raconte : 
 

C’est un texte que j’ai découvert il y a 20 ans pendant mes années d’études et qui n’a eu de cesse de résonner en moi. Après la sortie de mon album Cauchemar dans la rue (Casterman, 2013) qui était déjà l’adaptation d’un roman, j’avais envie d’explorer un sujet plus personnel et d’amorcer un virage graphique en faisant un pont entre mon travail en couleur directe pour l’édition jeunesse, et celui en crayonné noir que j’avais développé en bande dessinée. L’idée de travailler sur Le Joueur d’échecs s’est imposée immédiatement.
 

Cette nouvelle fait pour moi écho au contexte politique actuel, par le thème du triomphe de la barbarie et de la brutalité face à la culture, l’humanisme et l’imagination. Même si nous sommes loin de ce qui se passait dans les années 1930, nous voyons ressurgir une atmosphère particulière qui rappelle malheureusement les idées nauséabondes et inquiétantes de cette période.

 

La peur de l’avenir génère cette forme de repli identitaire et communautaire que nous vivons aujourd’hui, comme si l’Histoire se répétait de manière cyclique. Elle nous fait réagir de manière souvent idiote, qui conduit à une simplification des idées. Or plus on simplifie, plus on perd de notre humanisme. Des propos qu’on ne pensait plus entendre sont réapparus, la partie n’est jamais tout à fait gagnée...


Et en voici quelques-unes des planches, spécialement pour ActuaLitté.

<

>


 

David Sala – Le joueur d’échecs. D’après le roman de Stephan ZweigEditions Casterman – 9782203093478 – 20 € (à paraître le 4/10)

 

Les nouveautés éditeurs de la rentrée littéraire 2017


Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires