DC Comics accusé d'incitation au suicide avec Harley Quinn

Clément Solym - 16.09.2013

Manga/BD/comics - Comics - DC Comics - Harvey Quinn - suicide


L'éditeur DC Comics a organisé un concours pour trouver de nouveaux talents, mais sans s'en douter, c'est finalement l'attention des groupes de prévention du suicide qui se sont intéressés au jeu. Les participants étaient invités à donner « une interprétation artistique originale », en somme un dessin, à partir d'un script du prochain numéro de Harley Quinn, écrit par Jimmy Palmiotti et Amanda Conner. 

 

 

 

 

Harley appartient à l'univers de Batman : déguisée en bouffon rouge et noir, cette psychiatre tombe éperdument amoureuse du Joker, qu'elle fréquente dans l'asile d'Arkham. Or, le problème est que le script en question mettait en scène Harley nue, dans une baignoire, avec un grille-pain, un séchoir et d'autres appareils électriques situés au-dessus d'elle. Et celle-ci s'apprêtait à les faire tomber dans son bain, façon Claude François. 

 

La Fondation américaine pour la prévention du suicide, l'Association psychiatrique américaine et l'Alliance nationale pour la maladie mentale sont montées immédiatement au créneau, pour faire part de leur déception. Selon elles, le comportement de DC Comics est dangereux, et sous couvert de trouver un excellent illustrateur et coloriste, c'est l'apologie du suicide qui est faite.

 

« Au nom des dizaines de millions de personnes qui ont perdu un être cher suicidé, ce concours est extrêmement indélicat et potentiellement dangereux. Nous savons de nos recherches que ces représentations graphiques et sensationnalistes d'un suicide peuvent inciter à un passage à l'acte », déplorent les organisations. 

 

Bien évidemment, un pareil message est inacceptable : pourquoi plonger les jeunes dans des idées morbides, alors qu'il aurait été plus appréciable de leur faire colorier de jolis oiseaux...

 

Jim Lee, coéditeur chez DC est intervenu : « Je peux vous assurer que Harley Quinn # 0 ne porte pas sur le suicide. Et ne s'en approche même pas. » Jimmy Palmiotti en rajoute une couche : « Je suis désolé pour ceux qui se sont sentis offensés. » Finalement, même DC Comics y est allé de son petit communiqué piteux, présentant ses excuses « à tous ceux qui pourraient avoir trouvé la page de synopsis insultante ». C'est simplement parce que le contexte global de l'histoire n'était pas clair. 

 

L‘objectif de ce concours était de trouver de nouveaux talents, assure l'éditeur, pour réaliser une histoire d'une vingtaine de pages, le tout dans un esprit conforme à celui de Harvey. Voici l'intitulé en anglais :

 

PANEL 4

Harley sitting naked in a bathtub with toasters, blow dryers, blenders, appliances all dangling above the bathtub and she has a cord that will release them all. We are watching the moment before the inevitable death. Her expression is one of “oh well, guess that's it for me” and she has resigned herself to the moment that is going to happen. 

 

Ce qui donne peu près

Harvey est assise, nue dans une baignoire, avec un grille-pain, un séchoir, des blenders, tous ces appareils pendent au dessus de la baignoire, et elle tient un cordon qui va les faire tous tomber. Nous assistons à un moment avant une mort inévitable. Son expression dit : ‘Eh bien je suppose que c'est bon pour moi', et elle s'est résignée à ce qui va se passer.

 

Incitation au suicide, vraiment ? Pour l'heure, le concours n'a pas été modifié, en dépit des excuses de l'éditeur.