DC Comics accusé de spolier les créateurs de leurs personnages

Antoine Oury - 30.04.2015

Manga/BD/comics - Comics - DC Comics - Gerry Conway - paternité création


Le scénariste Gerry Conway est particulièrement remonté, et l'a fait savoir avec un long post sur Tumblr : d'après lui, DC Comics, ou plutôt DC Entertainment, a mis en place un véritable système kafkaïen pour dépouiller les créateurs de leurs personnages. Des clauses contractuelles qui ont tout de l'abusif, et qui offrent à la maison le contrôle d'une masse gigantesque de personnages dits « dérivés ».

 

 Storm vs. Firestorm (74/365)

Storm vs. Firestorm (JD Hancock, CC BY 2.0)

 


La série The Flash a récemment fait apparaître Firestorm, un personnage secondaire créé en 1978, par Gerry Conway et le dessinateur et encreur Al Milgrom. Le duo lui a également fourni un alter ego féminin maléfique, sous l'identité de Crystal Frost, Killer Frost. Mais, « [d]'après DC Comics, personne n'est à l'origine de sa création », signale Conway au début de son texte.

 

La suite est plutôt tordue : DC Comics avait mis en place depuis des années un système de rémunération annexe, appelée « creator equity participation » (prise de participation du créateur), qui veillait à ce qu'un scénariste ou dessinateur, en somme le créateur d'un personnage, touche un versement lorsque l'une de ses créations était utilisée dans une série, un film, ou en produits dérivés.

 

La situation a changé en 2009, souligne Gerry Conway, avec l'arrivée de Diane Nelson au poste de présidente de DC Comics, et surtout le nouveau statut de filiale de DC Entertainment donné à la maison, « devenue alors un simple rouage dans la grande machine DC Entertainment », souligne Conway, amer.

 

Et pour cause : il explique avoir alors reçu un courrier de DC lui annonçant qu'il ne toucherait plus rien pour l'exploitation de Power Girl, personnage créé en 1976 par Conway, Ric Estrada et Wally Wood, cousine de Superman dans le DCverse. La raison ? Il s'agit d'un « personnage dérivé » d'un autre personnage. Conway signale avoir reçu un simple chèque, avec ce courrier, de 1000 $.

 

Poursuivant sa description de la nouvelle logique DC, Conway explique que, d'après la maison, le « personnage dérivé » Power Girl est une création de Jerry Siegel et Joe Shuster, les créateurs de Superman. Par la filiation fictive, Power Girl serait finalement attribuée aux créateurs du Superman original.

 

Pour revenir à Killer Frost, ce personnage créé à l'origine par Conway et Milgrom a connu des variations postérieures, par d'autres auteurs. Une pratique assez fréquente dans les comics, ou les personnages connaissent différentes existences, parfois dans des mondes parallèles. Conway et Milgrom, comme Siegel et Shuster, se voient donc attribuer la paternité de créations dont ils ne sont pas les auteurs, au prétexte du « personnage dérivé ». 

 

Et notamment la création d'un alter ego de Crystal Frost, Caitlin Snow, apparue bien plus tard sous la plume d'autres auteurs dans The New 52. Sauf que, évidemment, DC Comics ne rémunère pas Conway et Milgrom pour les ventes d'albums qu'ils n'ont pas signés. Mais ne rémunère pas non plus les auteurs légitimes de Caitlin Snow, considérant que leur personnage est « dérivé ».

 

Par ailleurs, les nouvelles conditions pour être rémunéré en conséquence de l'usage de ses créations fait frémir : un auteur doit alors envoyer à DC un courrier rappelant qu'il a créé tel et tel personnage, et ce avant qu'une exploitation annexe en soit faite. Car les versements ne sont pas rétroactifs, évidemment. Et étant donné le nombre de produits dérivés, des casquettes aux figurines de jeu, cela fait beaucoup d'usages possibles.

 

Le plus cruel, dans l'histoire, rappelle Gerry Conway, c'est que cette technique de spoliation par le « personnage dérivé » avait été utilisée dans les années 1940 par National Periodical Publications, l'ancêtre de DC Comics. La maison se battait alors contre les créateurs de Superman, en assurant que le personnage de Superboy était sa propriété. Puisqu'elle avait acheté la création Superman, le « personnage dérivé » Superboy lui revenait de droit, non ? Un procès avait suivi, gagné par... Siegel et Shuster, les créateurs de Superman et de Superboy...

 

Pour le moment, DC n'a fait aucun commentaire suite aux révélations de Conway.