DC Comics Storefront, nouvelle boutique BD de l'iBookstore

Clément Solym - 31.08.2012

Manga/BD/comics - Comics - DC Comics - Amazon - Apple


Dans la lutte des canaux de distribution de comics en version numérique, DC Comics vient de remettre à neuf l'ensemble de sa boutique sur iBooks. Un tout nouveau portail, DC Comics Storefront, qui cherche à mettre en valeur, tout particulièrement, les titres de la maison. 

 

 

 

Et un premier constat : des tonnes de nouveautés sont présentes... mais il va falloir aimer Batman pour en profiter. Bien évidemment, on peut toujours retrouver les autres titres, classiquement, chez ComiXology ou chez Amazon. Mais cette boutique accuse le coup d'un autre défaut : le prix de vente. 

 

Très rapidement, les utilisateurs ont comparé les tarifs pratiqués entre Amazon et l'iBookstore, et les différences apparaissent assez nettement : entre 2 et 3 $, qui inciteront les clients à peut-être préférer Amazon. Surtout à l'idée qu'en achetant chez le marchand de Seattle, les différentes applications permettront de lire sur iPad. 

 

La question se pose alors : depuis plusieurs mois que les grands groupes d'édition se battent, aux côtés d'Apple, contre le Ministère de la Justice, sur la fixation du prix des livres numériques, impliquait-il les éditeurs de comics ? Jamais cités ni même évoqués, ces derniers ont évidemment dû signer un contrat d'agence avec Apple pour vendre leurs oeuvres sur l'iBookstore. (via Robot6)

 

Et le DoJ serait passé complètement à côté de cette histoire ? 

 

Faut-il télescoper ce constat avec le fait que DC Comics ait signé un accord d'exclusivité avec Amazon, pour la commercialisation de titres, qui sont alors uniquement disponibles sur la boutique en ligne ? 

 

Étrange...

 

En novembre dernier, un nouvel accord passé entre les deux sociétés marquait une étape supplémentaire dans la guerre des plateformes, alors que des chaînes américaines de librairies décidaient de ne plus commercialiser les titres de DC. Barnes & Noble, suivi de Books-A-Million avaient décidé de boycotter les 52 titres en question de DC Comics, pour lui apprendre la vie.

 

Exercice périlleux de communication, DC avait alors répondu qu'il n'était pas dans ses intentions d'entretenir une quelconque rivalité. Hank Kanalz explique en effet la démarche de DC Comics : profiter des avantages qu'offre Amazon, pour une centaine de titres choisis. « Et il faudrait se donner du mal pour nous offrir la visibilité que fournir Amazon. Notre décision n'a rien à voir avec une quelconque sorte de guerre des appareils. Elle n'a rien à voir non plus avec un favoritisme allant d'un détaillant à l'autre. » (voir notre actualitté)