DC promet que Superman ne fera pas rempart au mariage gay

Antoine Oury - 14.02.2013

Manga/BD/comics - Comics - Orson Scott Card - Superman - DC Comics


En engageant l'auteur de science-fiction Orson Scott Card, dont le Ender's Game culte pour les années 1980 sort au cinéma dans quelques mois, DC Comics pensait faire un gros coup pour le lancement de sa série numérique Adventures of Superman. Objectif atteint, mais pas pour le meilleur : le bonhomme démontre régulièrement toute l'aversion qu'il porte contre le mariage gay, ce qui a provoqué des réactions courroucées chez les fans de l'homme de fer.

 

 

Gay Pride Amsterdam 2011 - Inflatable Gay Superman

Amber de Bruin, CC BY 2.0

 

 

Le mouvement directement adressé DC Comics s'est enflammé hier, avec les mises en ligne et disséminations de deux pétitions, l'une pour, l'autre contre le choix de l'éditeur pour cette nouvelle série. Depuis, 10.000 personnes ont signé la seconde, tandis qu'ils ne sont qu'une centaine à estimer que le scénariste reste scénariste avant d'être farouche opposant au mariage gay, via la très tradi National Organization for Marriage.

 

Le principal intéressé ne s'est pas exprimé sur le sujet, que ce soit sur Twitter ou ailleurs : une rapide recherche sur Internet, et la lecture rapide des éditoriaux qu'il a sorties sur le sujet, parlent pour l'instant à sa place. En 2008, dans la rubrique « Foi » du Deseret News, Card invite les hétéros mariés à dire non au mariage gay de façon plutôt vindicative : « Indépendamment de la loi, le mariage gay n'a qu'une définition, et tout gouvernement qui tentera de la changer devient mon ennemi mortel », écrit-il.

 

En 2000, face aux opinions réactionnaires de l'écrivain mormon, un journaliste du magazine Salon chargé de l'interviewer n'hésite pas à franchir le pas : « Mon auteur préféré, mon pire entretien » titre alors Donna Minkowitz. Clairement, difficile de miser sur Orson Scott Card pour augmenter son capital jeunesse et/ou sympathie. Pour autant, il sera tout aussi délicat pour l'éditeur de se séparer de l'écrivain, bien que l'homosexualité soit désormais un véritable sujet, et pas seulement un pis-aller, dans le monde des comics.

 

« En tant qu'éditeur de contenus, nous défendons particulièrement la liberté d'expression, et par ailleurs les opinions personnelles restent ce qu'elles sont - des opinions personnelles - et ne représentent en rien celles de la société elle-même » a expliqué un porte-parole au site The Advocate. Avant d'ajouter qu'Orson Scott Card ne participerait qu'à un seul épisode, en tant qu'auteur invité, pour une parution le 29 avril prochain.

 

En un mot, on le sort du placard, mais pour une seule fois...