Déguisé en Joker, un ado mit le feu à son école

Clément Solym - 28.07.2010

Manga/BD/comics - Comics - incendie - criminel - joker


Armé de six bidons d'essence, et déguisé à l'image du Joker, le fameux ennemi juré de Batman, Christopher Clancy, âgé de 19 ans, avait été arrêté après avoir mis le feu à l'immeuble où se trouve son école, causant plus de 1,3 million € de dégâts.

Selon les rapports de la police, l'adolescent avait quitté son établissement en novembre 2009 et s'y était introduit après avoir explosé une porte vitrée. Il répandit ensuite le contenu de ses bidons avant de mettre le feu et de quitter l'endroit en flammes.

Il s'est cependant offert le luxe de filmer la scène depuis son téléphone portable et prévoyait d'envoyer sa preuve à ses amis. Un coup sacrément bien préparé : il avait acheté les bidons sur une période de cinq semaines, pour ne pas éveiller les soupçons, et s'était procuré les 100 litres d'essence dans une station à proximité de l'école. Les bidons furent dissimulés dans des fourrés près des lieux de crime durant toute cette période.


Inspiré du dernier film, Batman Le Chevalier noir, il avait revêtu les vêtements caractéristiques du psychopathe, Joker, vert et violet, et avait prévenu ses petits camarades de se rendre dans le coin pour voir ce qu'ils allaient voir. Il avait même poussé le déguisement à se teindre les cheveux en vert et maquiller son visage avec une crème blanche pour souligner un affreux rictus rouge, caractéristiques du personnage de comics, a témoigné l'un de ses camarades.

« Je suis heureux de ce que j'ai fait, parce que les gens se rendront compte qu'ils ne peuvent pas traiter les élèves comme des sous-humains », lui aurait-il affirmé. Selon lui, l'établissement méritait de brûler parce qu'il était dirigé « par des hypocrites » et que Christopher n'appréciait pas du tout la manière dont ses amis étaient traités.

C'était voilà deux ans, et Christopher avait alors 17 ans au moment de cet incendie criminel. Passé devant la cour de Dublin hier, il a plaidé coupable face aux chefs d'accusation. Sa condamnation aura lieu plus tard, et sa peine a de toute manière été ajournée jusqu'à octobre, le temps qu'un médecin se penche plus amplement sur son cas.