Des fans de Marvel dépassés par les frasques de l'éditeur

Xavier S. Thomann - 26.02.2013

Manga/BD/comics - Comics - Marvel - Mini-série - Comixology


La stratégie actuelle adoptée par Marvel présente à la fois des avantages et des inconvénients. La multiplication des publications, notamment à travers des séries spéciales, permet d'afficher des résultats de vente tout à fait honorables. En revanche, il y a un vrai risque de noyer le marché, avec des fans un peu à la traîne face à cette prolifération. 

 

 

 

 

Peu être que certains se réjouissent du grand nombre de publications Marvel, Good e Reader estime toutefois que cette stratégie est un peu risquée, ne serait-ce que du point de vue de la qualité. 

 

Prenez la série Age of Ultron #3 par exemple. Les épisodes seront publiés en l'espace de quelques mois, entre mars et juin 2013. On pourrait applaudir une telle célérité, si ce n'est que cela ne laisse pas le temps à tout le monde de suivre correctement les événements. Car cette minisérie promet de chambouler l'univers Marvel, avec la domination d'Ultron qui passe par la mort de nombreux personnages. 

 

Encore une fois, cela ne pose pas de problème en soi, si ce n'est que les fans ont déjà beaucoup d'autres épisodes à suivre, ce qui promet un beau foutoir dans l'esprit de certains. La question se pose alors si on ne va pas un peu trop vite en besogne du côté de chez Marvel. Faut-il sacrifier la cohérence sur l'autel de la rentabilité ? 

 

Auparavant, les séries spéciales dans ce genre duraient plus longtemps. La publication pouvait s'étaler sur toute une année. 

 

En effet, côté portefeuille, tout va bien. La vente des numéros au format numérique par une plateforme comme Comixology profite leur profite largement, ce d'autant plus que les numéros virtuels sont en général disponibles le même jour que la version papier. 

 

Quoi qu'il en soit, on peut se demander si cette production conséquente ne risque pas de décourager les lecteurs. À chaque fois qu'il y a eu une trop grande multiplication des publications, un phénomène de lassitude s'en est suivi au sein du lectorat. À moins que les modes de diffusion actuels permettent d'éviter ce type de risque. En tout cas, Marvel ne semble pas s'inquiéter.