Désormais maître de son compte Twitter, Stan Lee réclame 1 milliard de $

Fasseur Barbara - 16.05.2018

Manga/BD/comics - Comics - Stan Lee Arnaque - Usurpation Stan Lee - POW Entertainment Lee


Trop occupés à combattre Thanos, les Avengers ne sont pas là pour stopper l'avalanche de mésaventures qui s'abat sur Stan Lee. Après avoir perdu son épouse, s’être fait voler du sang, extorquer des millions par son manager et avoir été accusé d’agression sexuelle, il est une nouvelle fois au cœur de la tourmente...

 
Stan Lee
(Karen Borter, CC, BY ND 2.0)
 

L’an dernier, Stan Lee a cédé la société POW ! Entertainment avec qui il travaillait depuis le début des années 2000 à Camsing International, une holding chinoise basée à Hong Kong. Selon la plainte déposée par le scénariste mardi à la cour supérieure du comté de Los Angeles, il accuse la société d'avoir profité de ses mauvaises conditions physiques et psychiques pour lui faire signer un contrat dont il n’avait pas pleinement connaissance et ainsi usurper son identité sur les réseaux.

En 2017, à 94 ans, Stan Lee faisait face à la maladie puis à la perte de Joan, sa femme. Lee est également déclaré légalement aveugle depuis 2015, étant atteint d’une dégénérescence maculaire très avancée due à son âge. Cette atteinte oculaire le rend inapte à la lecture des documents légaux, de fait ces derniers doivent lui être lus avant toute signature.

Seulement, il affirme n'avoir jamais entendu de clause concernant un quelconque accord de cession des droits exclusifs de son nom et de son image, ni même d'ailleurs que l'on ne lui ait ledit document. Son avocat, Adam Grant, évoque également la possibilité que la signature de Stan Lee ait été à nouveau falsifiée.

« Lee ne se rappelle pas que quiconque lui ait lu le document illégitime et à cause de sa dégénérescence maculaire avancée, il n’aurait pas pu le lire lui-même », commente son avocat dont les propos sont rapportés par le Hollywood Reporter.

« Alors que le document illégitime porte soi-disant la signature de Lee, Lee ne l’a jamais sciemment signé. Duffy, Champion, Oliveraz [sic !] ou POW ! ont falsifié la signature de Lee [...] ou l’ont persuadé de signer le document illégitime en utilisant un leurre grossier : ils ont dû dire à Lee que c’était autre chose. »

Toujours d'après la déposition, POW ! Entertainment aurait profité des clauses obscures de ce contrat pour « prendre le contrôle de ses comptes personnels sur les réseaux sociaux, dont Facebook, Twiter et Instagram ». Mais Stan Lee est parvenu à reprendre le contrôle de son compte Twitter sur lequel on pouvait lire, le 13 mai, son premier tweet :

« Aujourd'hui, marque le premier jour où j'ai tweeté par moi même. Avant aujourd'hui, mon compte était tenu par d'autres personnes. Je n'ai toujours pas repris le contrôle de ma page Facebook. C'est quelqu'un d'autre qui s'en occupe, PAS moi. »
 


Stan Lee, une vie à créer des héros,
est entouré de super méchants...


Alors en plus de souhaiter retrouver l’entière jouissance de son droit à l’image, la légende demande 1 milliard $ de dommage et intérêt aux dirigeants de POW! Entertainement : Gill Champion et Shane Duffy. Duffy est depuis devenu PDG de Camsing et Champion est devenu le président de POW !. La société Camsing International n’a pour l’instant pas répondu à ces accusations.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.