Discrimination ? Le casting d'Akira ne convainc pas

Julien Helmlinger - 22.04.2011

Manga/BD/comics - Univers Manga - hugues - brothers - akira


La rengaine reste la même à chaque adaptation cinématographie d'un succès littéraire, de BD ou de manga. James Bond, Largo Winch... À chaque fois qu'il s'agit d'incarner un personnage de fiction sous les traits d'un acteur, les fans veulent avoir leur mot à dire. Au tour d'Akira d'en faire les frais.

Akira est Japonais. Il doit donc être représenté par un acteur aux traits asiatiques, point final. Telle est la position des fans du manga de Katushiro Otomo dont la version cinéma sera prochainement tournée dans les rues de New York par les frères Hugues.

C'est à qui de distribuer ?

Pressentis pour le rôle principal ? Robert Pattinson, Andrew Garfield, James McAvoy, Garrett Hedlund, Michael Fassbender, Chris Pine ou encore... Justin Timberlake, voire Joaquin Phoenix.

À la tête de la protestation contre ce casting peu nippon, le site Racebending.com, initialement créé pour râler contre le casting du Dernier maître de l'air (The Last Airbender). Le groupe estime que le déplacement du cadre du film de Neo-Tokyo à Neo-New York ne justifie pas d'écarter un acteur asiatique pour le rôle-titre, d'autant que « les Américains d'origine asiatique sont présents dans toutes les grandes villes des États-Unis. Il n'y a pas lieu de modifier l'ethnie du personnage principal même si l'intrigue est déplacée à Manhattan ».

Second effet Kiss pas-cool

Et le groupe de fans ajoute : « Caster des acteurs blancs pour un personnage asiatique va renforcer une 'barrière de discrimination' et réduire les opportunités pour les acteurs américains d'origine asiatique ».

Dernier en date à donner de la voix, George Takei (le Monsieur Sulu de Star Trek) qui mène une campagne active sur Twitter contre ce qu'il qualifie de « discrimination », donnant un fort écho médiatique à cette levée de boucliers.

Reste que la tournure raciale prise par la campagne des fans risque de la rendre stérile et improductive, la notion de discrimination ethnique étant douteuse dans un tel débat.