DRM : JManga ferme et emporte avec lui vos achats

- 17.03.2013

Manga/BD/comics - Univers Manga - Jmanga - DRM - piratage


La plateforme de lecture numérique Jmanga vient d'annoncer l'arrêt progressif de ses services sans donner plus de détail sur les raisons de cette fermeture. Le service ne proposant ni téléchargement ni lecture hors ligne, présence de DRM oblige, les lecteurs perdent ainsi toute trace de leur lecture, achetée pourtant légalement.

 

Un coup de tonnerre pour les amateurs de mangas, le site permettait malgré ces trop fortes restrictions la visualisation de volumes dans un délai record, avec en prime des contenus inédits comme des interviews d'artistes .

 

 

 

 

Depuis deux jours déjà, l'achat de points Jmanga est indisponible et les utilisateurs d'offre payante ont été basculés vers l'offre Freemium. Les comptes porteurs de crédits auront jusqu'au 26 mars pour dépenser leurs points. Passé ce délai, le service de lecture prendra fin le 30 mai. Les transactions et accès seront alors effacés pour de bon.

 

Une annonce qui met les utilisateurs devant le fait accompli et qui n'a pas fini de faire grincer des dents. Pour tout dédommagement, les membres qui n'auront pas dépensé tous leurs crédits auront la possibilité de recevoir des cartes-cadeaux Amazon en compensation. Sur les forums, les internautes laissent éclater leur colère sur la façon cavalière qu'à Jmanga « de débrancher la prise » et de priver les membres d'une sauvegarde de leurs achats.

 

Débrancher la prise = couper l'électricité

 

Une prise ou plutôt un verrou, la présence de DRM dans les fichiers disponibles empêche toute conservation de fichiers achetés pourtant en toute légalité. Et JManga n'entend pas lever la protection contrairement à des services comme Steam, pour les jeux vidéo, qui avait laissé penser qu'une option de téléchargement serait ouverte en cas de crise.

 

Conçu comme action groupée contre le piratage par 39 des éditeurs japonais les plus influents, Jmanga n'aura pas répondu à la question de fond, plus que celle de l'utilisation illégale, celle du téléchargement frauduleux. Pas de mode de lecture hors ligne, ni de téléchargement, le constat d'échec d'un écosystème restreint est dur, mais logique. Sur internet, des illustrateurs moquent cette politique de protection autour de détournements bien explicites.