Elle quitte la médecine et devient la première mangaka indonésienne

Clément Solym - 30.12.2011

Manga/BD/comics - Univers Manga - Vivian Wijaya - docteur - mangaka


Vivian Wijaya est une indonésienne de 33 ans qui a laissé tomber sa carrière de médecin pour devenir mangaka. Pour l'anecdote historique, on notera qu'Osamu Tezuka, le dieu des manga lui-même, avait arrêté la médecine pour devenir mangaka.


Pari risqué pour Vivian Wijaya mais réussi puisque le mois dernier, son manga de 16 pages, Kokkyonaki Gakuen, a été publié dans le Club Sunday de Shogakukan. Elle est ainsi devenue la première mangaka indonésienne. Actuellement, elle travaille sur un nouveau projet qu'elle tient secret pour l'instant.

 

Née à Tokyo, elle a 6 ans quand ses parents déménagent en Indonésie. Le manga, c'est alors un contact avec sa langue maternelle. C'est ainsi qu'elle est devenue fan de manga et d'anime. Le personnage de Doraemon (qui a été incarné récemment par Jean Réno pour une publicité japonaise) tient une place toute particulière dans son cœur. Depuis tout jeune le rêve de Vivian Wijaya était de devenir mangaka.

 

Vivian Wijaya à son bureau. Crédits image : KYODO

 

Elle poursuit ensuite ses études au Royaume-Uni, et y manifeste déjà le désir de se lancer dans le dessin. Mais ses parents l'en découragent et l'incitent à entreprendre des études de médecine en Irlande. Comme papa et maman, tu seras médecin, ma fille. Diplôme en poche, elle est revenue en Indonésie ouvre un cabinet, avec le sentiment que quelque chose lui manque.

 

Elle explique maintenant : « Pour moi, un docteur travaille comme une machine. Je me sens vivante, humaine, quand je dessine des manga ».

 

Finalement, elle a fait le grand saut et s'est inscrite à l'école de manga de Machiko Maeyama à Jakarta. Un an après cela, son premier manga, inspiré d'une légende indonésienne, Prambanana, a été édité par le magazine indonésien de manga Splash. Elle commence à signer à ce moment là sous le pseudonyme DrVee. En 2007, elle poursuit ses études de manga à Tokyo où elle obtient un diplôme mais ses professeurs sont peu confiants : en l'état ses dessins ne peuvent être commercialisés.

 

Cela aurait pu être la fin d'un rêve d'enfant mais Vivian Wijaya ne se laisse pas décourager et essai de trouver un moyen de s'améliorer. C'est là qu'elle est engagé par le célèbre mangaka Kenjiro Hata (connu en France pour être l'auteur de Hayate the combat butler et qui vient de lancer au Japon Colorful Hayate the combat butler). Et elle n'hésite pas en toute franchise à lui dire qu'elle compte « voler ses techniques et apprendre comment commercialiser [ses] manga ». Le mangaka lui a donné de nombreux conseils et c'est ainsi que Vivian Wijaya a pu réaliser son rêve.