En 2020, Superman doit se confronter à nouveau au Ku Klux Klan

Antoine Oury - 06.08.2020

Manga/BD/comics - Comics - Superman Ku Klux Klan - superman comics - KKK comics


Les œuvres reflètent les espoirs et les angoisses des époques : faut-il s'inquiéter de voir le Ku Klux Klan réapparaitre dans un comic Superman ? Le scénariste Gene Luen Yang et le dessinateur Gurihiru ont en tout cas remis au goût du jour un feuilleton radiophonique des années 1940, « Clan of the Fiery Cross », dans lequel l'homme de fer affronte le KKK.



Dans la police ou ailleurs, force est de constater qu'en 2020, le racisme et la haine de l'autre circulent toujours. Au cours des années 1940, le personnage de Superman avait littéralement participé à la lutte contre les discours et attitudes malfaisantes, notamment à travers un feuilleton radiophonique en 16 épisodes, diffusé au cours de l'été 1946. « Clan of the Fiery Cross » était une fiction dans laquelle l'homme de fer se mesurait au Klan, mais nourrie de faits réels documentés par l'activiste Stetson Kennedy.




Créé par deux Américains élevés dans la culture juive, Superman s'est mesuré à d'autres figures maléfiques, notamment Hitler et Staline, encore dans les années 1940. « Dans les premiers comics, Superman est plus ou moins le golem », rappelle Gene Luen Yang. « Cela vient du folklore juif, le golem qui combat le mal et punit les politiciens corrompus, qui lutte pour l'homme du peuple. » Le golem, création muette d'argile, agit dans l'intérêt de celui qui lui a insufflé la vie.

Superman Smashes the Klan a été écrit par Gene Luen Yang avec ces éléments en tête, mais aussi une volonté de rendre compte du contexte actuel de résurgence de la pensée raciste et des actes meurtriers visant des immigrés ou enfants d'immigrés. En tant que citoyen sino-américain, Gene Luen Yang a intégré à l'histoire des éléments vécus, dynamisant ainsi le parallèle entre Superman et les immigrés.

« Quand j'étais enfant, j'avais un prénom chinois chez moi et un prénom américain à l'école. Je parlais une langue à la maison et une autre à l'école. Quand je vois Superman se rendre à la Forteresse de la Solitude, un environnement kryptonien, en tant que Kal-El, et à Métropolis en tant que Clark Kent, je comprends ce sentiment », explique le scénariste.

<

>



Superman Smashes the Klan met en scène une famille sino-américaine, les Lee, après un déménagement du quartier chinois de Metropolis vers le centre-ville : ils feront face aux intimidations du Ku Klux Klan, et à la complicité larvée de certains voisins. Publiée en 2019, la série parait désormais dans un recueil, chez DC Comics.
 
Au cours de ses recherches pour l'écriture du comic, Gene Luen Yang n'a pu que constater l'instabilité du statut accordé aux Sino-Américains par les États-Unis : considérés comme des citoyens de seconde zone avant la Seconde Guerre mondiale, ils deviennent de véritables patriotes au moment de l'entrée en guerre du Japon... Avec l'épidémie de Covid-19, « notre statut change encore », remarque l'auteur. Et pas pour le mieux.



via Inverse

Photographie : Extraits de Superman Smashes the Klan, de Gene Luen Yang et Gurihiru, DC Comics


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.