L'Attaque des Titans, Naruto et Sailor Moon censurés en Chine

Antoine Oury - 10.06.2015

Manga/BD/comics - Univers Manga - L'Attaque des Titans Sailor Moon - Chine - mangas censure


Le ministère de la Culture chinois vient de frapper un grand coup, de ciseaux : 38 manga et anime apparaissent sur une liste de « contenus très inappropriés », et deviennent donc bannis des presses et des réseaux de distribution. On retrouve dans cette liste des créations extrêmement populaires, comme L'Attaque des Titans (Hajime Isayama), Naruto (Masashi Kishimoto) ou encore Sailor Moon (Naoko Takeuchi).

 

Le visage de la censure ? (extrait de l'anime L'Attaque des Titans)

 

 

Devil May Cry, anime tiré du jeu vidéo, Highschool of the Dead ou encore Death Note sont eux aussi visés par cette interdiction de grande ampleur. La décision a également des effets sur des victimes collatérales, puisque le ministère a expliqué ce lundi avoir fermé 8 sites, et sanctionné 29 autres, pour avoir diffusé des parties ou la totalité des contenus culturels en question.

 

Déjà, au mois d'avril, le gouvernement avait banni Naruto, Sailor Moon et Détective Conan, avec une première vague de censures. Au total, 62 titres manga étaient visés, et 10 sites web totalement coupés. 

 

Évidemment, aucune explication ou justification n'a été fournie par le ministère de la Culture chinois. Il y a quelques semaines, le gouvernement a adopté une nouvelle régulation, qui oblige les sites web à réclamer des autorisations pour héberger des contenus en provenance de l'étranger. En cas de non-respect, les sites sont tout simplement menacés de disparitions.

 

Outre cet embargo sur la culture étrangère, le gouvernement a annoncé qu'il interdirait tout contenu « qui inclut des scènes de violence, de la pornographie, du terrorisme et des crimes contre la morale publique ». Des catégories suffisamment larges pour y faire entrer à peu près n'importe quoi. La liste des contenus censurés sera d'ailleurs prochainement étendue, a d'ores et déjà prévenu le ministère.

 

La crainte d'un envahissement culturel via les personnages populaires est récurrente, du côté du gouvernement chinois : « Doraemon est l'un des efforts que fait le Japon pour exporter ses valeurs nationales, et qui s'inscrivent dans sa stratégie culturelle. C'est un fait incontestable. Nous devrions en prendre conscience et nous montrer moins aveugles, tout en gardant la tête froide en embrassant les joues bleues de ce personnage potelé », assurait ainsi le Chengdu Daily, un journal local, à propos du petit chat-robot.

 

(via Comic Book, Robot 6)


Pour approfondir

Editeur :
Genre : mangas / manwha...
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782811618803