Épinglé par les fans, Glénat s'explique sur la traduction de One Piece

Antoine Oury - 08.01.2019

Manga/BD/comics - Univers Manga - Glenat One Piece - One Piece manga - One Piece traduction


La publication de la traduction du tome 89 de la série One Piece d'Eiichiro Oda par Glénat a fait de bruit auprès des fans de la série. D'abord, parce que cette première livraison de l'année, parue le 2 janvier, était très bonne, de l'avis de tous. Mais aussi parce que la traduction française de l'éditeur a essuyé de nombreuses critiques, portant notamment sur le nom d'un personnage et sur une fameuse phrase...

Détail de la couverture du tome 89 de One Piece


Traduire un manga n'est définitivement pas de tout repos : depuis l'émergence des scantrads, il faut redoubler de rapidité, pour éviter que la diffusion pirate ne prenne le pas sur la version légale de l'œuvre. Mais la connaissance des lecteurs en japonais, ainsi que ces mêmes scantrads, parfois diffusés bien en amont des versions légales, ont aussi aiguisé l'œil critique des amateurs de manga.
 

One Piece, le sacrosaint


Les éditions Glénat en ont fait les frais, après la livraison du tome 89 du manga : sur les réseaux et autres forums spécialisés, les lecteurs, notamment ceux qui avaient pu découvrir l'histoire en version originale, ont remis en question certains choix de traduction.

Ainsi, la traduction du nom « Katakuri » en « Dent-de-chien » a été qualifiée d'« insupportable » par certains lecteurs (sur Manga News), notamment en regard des sous-titres français de l'anime One Piece, qui utilisent « Katakuri ». Les noms des attaques, traduits du japonais, ont aussi provoqué la colère des amateurs. 

Mais c'est sans doute la traduction d'une phrase prononcée par ce même « Dent-de-chien » qui a causé le plus de discussions auprès des fans et au sein de l'équipe de traducteurs de Glénat : les traducteurs de la version française du manga ont préféré « Voilà ce qui s’appelle… avoir de grandes ambitions ! » à « Tu vois loin dans le futur », que les traducteurs de la version scantrad, eux, avaient préféré.
 

Le pirate plus genuine que l'officiel ?


C'est un cas plutôt intéressant, donc, auquel l'équipe de traducteurs a dû faire face : une traduction pirate devenue « canonique » auprès des lecteurs de One Piece, et qui fait donc concurrence à leur traduction.

Dans un communiqué, Glénat revient sur les différentes critiques portées à l'encontre de la traduction du tome 89, rappelant que « les différents collaborateurs de One Piece connaissent parfaitement l’univers et travaillent à proposer une version qui soit la plus fidèle possible. Il est donc injuste d’insulter leur travail ».

Les explications, très complètes, évoquent la cohérence de l'ensemble de la traduction de la série, les subtilités du japonais ou encore les jeux de mots de l'auteur dans les noms de ses personnages... Une affaire qui vient prouver, à nouveau, que traduire, c'est aussi trahir, y compris les fans...

Au cours de sa première semaine de vente, le manga, sorti le 2 janvier, s’est écoulé à 16.449 exemplaires [Ndr : il s'agit de ventes réelles, pas de la mise en place. Données GfK] pour plus de 111.600 € de chiffre d’affaires.



Commentaires
on écrit de la France la bat on t'adore c le manga le plus lu du monde une question vous manger comme Luffy
J'aimerai tellement pouvoir participer à la polémique mais j'ai tellement pas le temps de me replonger là ou je m'étais arrêté dans one piece que je peux pas xD
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.