Fatwa en Arabie saoudite : inspirés d'Allah, 99 super héros bannis

Nicolas Gary - 03.04.2014

Manga/BD/comics - Comics - Arabie saoudite - fatwa - super héros


Fatwa est un mot que l'on croirait parfois resurgi du passé, comme un témoignage de l'intolérance la plus crasse. Souvent associé dans le monde littéraire à Salman Rushdie et ses Versets sataniques, il revient depuis quelque temps. Cette fois, c'est une bande dessinée qui est ciblée, The 99. Des super héros musulmans, incarnant les vertus de l'islam et associés aux 99 noms et attributs d'Allah - force, légèreté, sagesse, etc. Et chacun dispose donc du pouvoir associé…

 

 

 

 

La semaine passée, Barack Obama rendait visite à l'Arabie saoudite, pour discuter d'échanges commerciaux, en tout bien, tout honneur. Et nul doute : le président américain aura soigneusement oublié de parler de la censure qui frapperait les 99, créés par le psychologue koweïtien Naif al-Mutawa.

 

Ce dernier voulait expliquer le monde musulman aux enfants, et les siens avant tout, en montrant des héros qui n'avaient rien de commun avec les kamikazes ni les djihadistes. Son idée était venue au lendemain du 11 septembre 2001, et des tristement célèbres attentats qui suivirent…

 

La série fut créée en juin 2006, soit moins de cinq ans après les attentats. Nour (la lumière), Soura (l'organisatrice) et Jabbar (la puissance), sont nés sous la plume de l'auteur de 35 ans. Et la philosophie coranique l'a grandement aidé à réaliser ce défi : « mes histoires offrent même des idées pour résoudre certains conflits », expliquait alors Naif. Le comic repose en effet sur « des attributs tels que la générosité ou la miséricorde. Ce ne sont pas choses sur lesquelles l'Islam a un monopole ».

 

« Ces comics ont capté l'imagination de tant de jeunes, avec des super héros qui incarnent les enseignements et la tolérance de l'islam », a pourtant commenté le président Obama, en 2010. Autre époque, peut-être. Puisque l'année d'avant, il avait fait le même commentaire. Mais en ce temps, il n'était pas primordial de flatter les clients saoudiens… L'effort de Naif Al-Mutawa se retrouve comme la Pomme de Newton : écrasée par terre. 

 

Une fatwa lancée par les Saoudiens, et menée par le grand mufti Abdulaziz al-Sheikh vise à l'interdiction du comics, et la série télé qui s'en inspire. « Bon sang, j'ai travaillé sur des comics qui ont reçu de mauvaises critiques, mais personne n'a dit qu'ils devaient être supprimés. » La fatwa, ce n'est donc pas la mort directement qui est réclamée, en tout cas, pas celle de l'auteur, c'est une sorte de boycott national, porté par une voix religieuse… En fait, dans le discours administratif, fatwa signifie simplement interdiction. 

 

"Nous sommes les méchants, en réalité"

 

« Nous avons des super héros saoudiens sur les télévisions du monde. Nous leur disons : ‘Nous sommes les bons, pas les méchants.' et ces gens répondent : 'Non, vous avez tort. En réalité, nous sommes les méchants. Arrêtez de répandre votre message, Naif !' », déplore l'auteur. Et selon le gouvernement saoudien, l'image envoyée au monde serait donc mauvaise.

 

Sachant que ce même gouvernement, la semaine passée, avait essuyé de vives critiques alors que l'on retrouvait dans les manuels scolaires de ses élèves des discours de haine antisémite…

 

Quel avenir alors, pour cette Justice League orientale ? Depuis que Newsweek a consacré sa Une au phénomène, les 99 ont acquis une notoriété qui suit les éloges présidentiels. En Arabie saoudite, comme dans d'autres pays, les 99 ont eu leur part de critique : le comics banaliserait la foi musulmane, et pire encore, le Coran. On reproche d'ailleurs à son auteur de n'avoir jamais été très clair quant à ses intentions. Pourtant, à l'écouter raconter la genèse de cette histoire, tout semble limpide. 

 

Et ses héros sont modernes, ils se déplacent entre Est et Ouest, sont issus de 99 pays et répartis entre hommes et femmes... et depuis novembre 2006, sa BD est dans les kiosques. Ce qui va sans dire, c'est que le monde musulman ne l'a pas très bien pris ; des femmes moulées dans des vêtements sexy pour représenter les attributs divins, ça passe assez mal. Les 99 avaient même eu leur heure de gloire en rencontrant Batman et Superman, dans un épisode de juillet 2009, après une commercialisation aux Etats-Unis qui a débuté en octobre 2008. Désormais, les titres sont officiellement bannis d'Arabie saoudite, et même Obama ne pourra rien y faire. Traité « d'infidèle et d'athéiste », Naif Al-Mutawa ne sait plus quoi faire. 

 

Il reconnaissait d'ailleurs qu'il n'a pas consulté d'Imam avant de lancer sa série. « Nous ne devons pas permettre à un nombre très limité de personnes de nous dire comment pratiquer notre religion. Un Islam auquel je peux prendre part activement est le seul auquel je puisse appartenir. Je crois en cette religion, mais je crois aussi en son évolution. » De cette optique, il a tiré matière à effectuer une douzaine de conférences à travers le monde.