Fermeture du Comptoir des indépendants : coup dur

Clément Solym - 06.01.2011

Manga/BD/comics - Univers BD - comptoirs - independants - bd


Depuis le 1er mars 2010, le Comptoir des indépendants avait confié sa distribution aux Belles Lettres, pour assurer la poursuite de son activité. C'était bien, c'était beau. Mais ça n'a pas duré...

Ce regroupement d'auteurs qui à l'époque ne parvenaient pas à trouver un éditeur pour leur pied a cependant dû plier boutique, emporté par les difficultés financières de l'Association, association loi 1901 qui réunissait tout le monde. Le Comptoir des indépendants, en sa qualité de distributeur, repris par les Belles Lettres a dû céder.

Parmi ces jeunes auteurs de l'avant-garde d'alors, on comptait des petits comme Trondheim, Sfar ou encore David B. et l'une de leurs grandes découvertes, Marjane Satrapi. Depuis près de 20 ans, l'Association, fondée par Jean-Christophe Menu et les autres, avait pris une place considérable dans le milieu de la BD. Et plus encore chez les passionnés...

Ces créateurs furent parmi les premiers à proposer de véritables romans graphiques dans le paysage français, loin des titres classiques de 56 pages aux découpages familiers. En introduisant quelque chose de vraiment intime et de personnel dans leurs titres, les créateurs de l'Association avaient marqué une rupture.

Oui, mais, voilà... C'est ActuaBD qui avait, en décembre, annoncé la chute de cette aventure, y voyant « la fin d'une certaine vision de la création expérimentale ».

Les difficultés financières de l'Association ne sont cependant que la partie visible de l'iceberg, puisqu'au fil du temps, et au cours des dernières années, les dissensions se sont fait sentir, et les départs de ces anciens jeunes auteurs, vers de grosses boutiques (le cas Sfar est symptomatique), auront progressivement érodé l'ensemble de l'édifice.

De l'éditeur alternatif, on est passé à des querelles de points de vue et de défense d'une certaine vision de la création. Des crises qui avaient connu en 2004 les prémices d'une fin...

Reste à savoir quelle suite sera donnée, pour le catalogue et les auteurs.