Films et séries télévisées de super-héros prennent le contrôle du monde

Auteur invité - 03.05.2018

Manga/BD/comics - Comics - super heros comics - histoire Marvel Comics - télévision cinéma comics


« Que Marvel aille se faire foutre ! » L’écho de ces quelques mots retentit dans l’enceinte du Beacon Theatre de New York, déchaînant de nombreux murmures et acclamations parmi les milliers de personnes ici rassemblées en août 2016 pour l’avant-première de Suicide Squad.


ActuaLitté vous propose de découvrir avec Fantask Editions, 50 années d'histoire de l'industrie du comics, aux États-Unis. Dernier épisode : le cinéma et la télévision.


Exposition Jack Kirby Angoulême
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


 

Un peu plus tôt, le réalisateur David Ayer s’est emparé de la scène afin de présenter la nouvelle production tant attendue de Warner Bros. Il commence par dire quelques mots à propos du défi qu’a représenté la direction de ce nouveau long-métrage mettant sur le devant de la scène quelques ennemis de Batman, un défi qu’il qualifie de « plus grand de toute sa carrière ».

Puis il enchaîne avec les platitudes nécessaires propres à Hollywood – en remerciant par exemple le président de la production, Greg Silverman – quand soudain l’invective jaillit. Un membre du public, dont le zèle est à fleur de peau – et peut-être aussi le fait de voir depuis un bon moment maintenant Margot Robbie vêtue de son petit short l’a-t-il un peu trop énervé ? –, crie haut et fort : « Que Marvel aille se faire foutre ! »
 

Sur scène, Ayer marque un temps, puis portant le micro à ses lèvres tout en le serrant fort, il réplique sur le même

ton : « Que Marvel aille se faire foutre ! », ce à quoi les hourras et autres rires retentissent dans tout l’amphithéâtre. À ce moment-là, le coup d’éclat d’Ayer semble très malavisé. Quand les critiques plutôt négatives commencent à tomber à propos de son film (l’agrégateur Rotten Tomatoes a salué celui-ci en lui décernant un 26 % anémique), la saillie frôle même le ridicule.
 

Xerxes #1 : Frank Miller refait la bataille de Marathon avec Darius


Mais stupide ou non, la déclaration d’Ayer a offert au public une voix dans le cadre de l’une des batailles les plus acharnées et les plus lucratives qui soient : celle-là même qui se déroule à Hollywood. Les super-héros – au cas où vous ne l’auriez pas remarqué – ont pris la tête dans le domaine de la pop culture, et avec leur ascension, la rivalité qui couve depuis si longtemps entre DC et Marvel franchit un nouveau palier.
 

De même qu’avec les comics imprimés, les deux maisons s’affrontent dans cette nouvelle guerre à coup de milliards de dollars. Chacune y contribue à sa façon, en fonction de ses forces et faiblesses institutionnelles, et bien sûr en fonction de sa philosophie aussi.
 

Marvel part dans une direction, DC emprunte l’autre, laissant ainsi les spectateurs se départager en glissant des dollars, des euros et des yuans (de plus en plus) dans l’urne, en fonction de la vision, des personnages et de l’univers qu’ils préfèrent. C’est sur ce terrain que la bataille fait désormais rage, sur les toiles de cinéma ou sur les écrans de télévision du monde entier.

Et ce changement d’arène de combat arrive à point nommé. Les comic books publiés tous les mois sont sur la sellette. En effet, ils se limitent désormais à des groupes de plus en plus restreints de passionnés acharnés et, si les super-héros entendent survivre à cette crise latente, ils vont devoir absolument trouver un nouveau terrain.
 

Ultime bande-annonce avant le massacre pour Deadpool 2


Le scénariste Grant Morrison a élaboré une théorie à ce sujet : il avance que les comics au format papier sont simplement une étape dans ce long voyage que le concept de super-héros entreprend, c’est un « premier étage de la fusée » qui a été largué afin de parvenir à des hauteurs plus lointaines encore.

« La définition d’un meme est une idée qui appelle à la duplication, expliquera Grant Morrison au magazine Rolling Stone. Et [les super-héros] ont trouvé un meilleur médium à travers lequel se reproduire. » La réponse, c’est le cinéma.



Retrouver le précédent épisode

Comics : du boom faramineux, à l'affreuse explosion

 

 

Reed Tucker – Super-war ; Marvel versus DC Comics – Fantask Editions – 9782374940175 – 25 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.