Formation BD : Axe Sud Marseille propose son cursus à la rentrée

Antoine Oury - 02.06.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Axe Sud Marseille - formation BD - cursus bande dessinée


Malgré une place dans la culture contemporaine et dans les classements des ventes acquise depuis un moment, la bande dessinée souffrait toujours d'un manque d'offres de formation sur le territoire français. Une situation qui s'inverse peu à peu : Axe Sud, école supérieure privée d'arts graphiques et de communication visuelle, proposera à la rentrée 2014 son cursus en 3 ans, à Marseille.

 

 

 

 

 

Dès octobre 2014, les étudiants pourront s'inscrire pour cette section BD/illustration que les directeurs de l'école Axe Sud Marseille/Toulouse, François Garcia-Panzani et Jacques Lafaysse, espèrent « transformer dès la deuxième année en école d'illustration/BD à part entière ». Pour le moment, les enseignements dispensés dans cette section spécifique seront donc parallèles à la formation diplômante de l'étudiant.

 

« Dans le Sud, il n'y avait rien du tout au niveau des formations à la bande dessinée », précise François Garcia-Panzani : les plus proches se trouvaient en effet à Poitiers, Lyon ou Angoulême, avec l'École Européenne Supérieure de l'Image. Et la demande est là, si bien que nombre d'étudiants de la région s'exilaient en Île-de-France pour se spécialiser dans le neuvième art.

 

L'équipe enseignante a déjà un pied dans l'école, puisqu'il s'agit à la fois d'anciens élèves et de membres du groupe BD Zarmatelier, qui comprend des auteurs édités chez Bamboo, Futuropolis ou encore Delcourt. Clément Baloup, Mohamed Labidi, Bruno Bessadi ou Julien Parra, pour ne citer qu'eux, transmettront leur expérience aux élèves.

 

La formation de niveau 2 sera largement ouverte aux candidats, y compris à ceux qui ne disposent pas d'un baccalauréat. Même si l'obtention d'un diplôme à l'issue d'une formation est toujours un plus, il n'est pas obligatoire pour la bande dessinée, souligne François Garcia-Panzani. « Le diplôme est surtout utile pour les commandes publiques d'un graphic designer, afin de définir une échelle des salaires. En bande dessinée, cela fonctionne surtout au book et au savoir-faire. »

 

Le cursus commencera donc avec une première année préparatoire non obligatoire (qui nécessite, elle, le baccalauréat), suivi par les deux années en section BD/illustration (recrutement sur dossier). Les « graphic designer », eux, auront la possibilité d'effectuer une quatrième année en spécialisation BD/illustration, en vue de l'obtention d'un diplôme de graphic designer option BD.

 

Bien entendu, toutes les facettes de la bande dessinée contemporaine, avec les outils adéquats, seront explorées. « Si quelqu'un fait de la BD et de l'illustration », commente François Garcia-Panzani, « il sait utiliser une palette graphique, mener un storyboard, des roughs, pourra travailler dans le jeu vidéo... » Autant de compétences recherchées par ces secteurs culturels en expansion.