Fox-Boy : Un ado turbulent rejoint les super-héros français

Antoine Oury - 26.09.2014

Manga/BD/comics - Comics - Laurent Lefeuvre Fox-Boy - Paotr Louarn comics - Delcourt maison d'édition


Le label Comics Fabric, chez Delcourt, s'est taillé en quelques mois une réputation aussi solide que les abdos de Batman auprès des amateurs du genre. Avec Fox-Boy, de Laurent Lefeuvre, l'équipe accueille un nouveau héros, aux côtés des Mikros, Photonik et autres Post-humains de Superworld. L'histoire d'un insupportable ado transformé soudainement en garçon-renard, et l'œuvre d'un passionné, avant tout.

 

 

 

 

Pour les plus connaisseurs, ou les lecteurs bretons, Fox-Boy, alias Pol au quotidien, n'est pas vraiment un inconnu : les aventures de Fox-Boy ont commencé il y a trois ans, suite à une demande de la rédaction du magazine Louarnig. « Je travaillais régulièrement avec eux, notamment sur les couvertures, et ils m'ont proposé de publier une série, à raison d'une page par mois, dans les pages du mensuel », explique Laurent Lefeuvre, contacté par ActuaLitté.

 

Finalement, le dessinateur et auteur négocie trois pages par mois, relatant les aventures d'un adolescent changé en « garçon-renard », et doté de pouvoirs dérivés des caractéristiques de l'animal. Le travail pour Louarnig permet également à Laurent Lefeuvre de laisser s'exprimer son intérêt — ou plutôt sa fascination — pour le comics et les super-héros.

 

En 2010, il publie chez Le Lombard Tom et William (avec Walter aux couleurs), histoire d'un garçon rêveur et de son monde imaginaire, et hommage aux illustrés bon marché d'antan, cherchant alors à faire un peu plus entrer les super-héros dans les maisons d'édition françaises. La frilosité des éditeurs vis-à-vis du genre, trop américain, pas assez auteur, est connue, et l'écrivain se heurte à des portes fermées.

 

« Le comics, c'est comme un solo de guitare : il faut avant tout se faire plaisir. »

 

Hors des pages de Louarnig, Fox-Boy connait un bon accueil de la part des connaisseurs, qui y retrouvent l'ambiance des Strange et autres Nova, mais aussi les audaces des comics novateurs des années 1980 — The Dark Knight Returns en tête. Autant de références pour Lefeuvre : sans verser dans la même noirceur que Miller, il lie Fox-Boy — qui s'appelle alors Paotr Louarn, « garçon-renard » en breton — à une époque, immédiatement contemporaine, à une ville (Rennes), mais aussi à des mœurs et à des enjeux sociaux ou politiques.

 

« Là où les comics ont pendant longtemps fait très peu référence au présent, je voulais que Pol soit confronté à des problèmes actuels comme le racisme ou la pollution, parce qu'il est dans un monde sans super-vilains », explique l'auteur. « S'il dispose de super-pouvoirs, il va avant tout apprendre à se servir de sa tête. » 

 

En 2012, Paotr Louarn connaît une première édition de luxe, avec un recueil réalisé grâce à un financement participatif rassemblant des fans et des libraires spécialisés, ravis de pouvoir proposer l'album entre leurs murs. Grâce à l'intervention de Phil Cordier, encreur et spécialiste des comics, la couverture est encrée par Klaus Janson, encreur, notamment, de... The Dark Knight Returns.

 

 

La couverture du premier recueil Paotr Louarn, signée Lefeuvre et Janson

 

 

Repéré par Thierry Mornet, Laurent Lefeuvre se voit offrir la possibilité de signer une aventure du Garde républicain, héros franco-français créé par Mornet, et de faire apparaître son personnage dans les cases du #2, chez Hexagon Comics, scellant l'entrée de Fox-Boy dans le monde des super-héros de l'Hexagone. Quelques mois plus tard, le responsable de la section comics de Delcourt (à l'origine des publications de Hellboy ou Walking Dead) lui propose d'éditer les aventures de Pol chez Delcourt.

 

La publication chez Delcourt, occasion pour un reboot

 

Que ceux qui ont déjà suivi les aventures de Fox-Boy dans Louarnig se réjouissent : la publication chez Delcourt est l'occasion de profiter d'une double dose. « Avec Delcourt, je me suis dit que je pouvais repartir à zéro : ce premier tome est l'occasion de planter à nouveau le décor des aventures de Pol », explique Lefeuvre.

 

Un retour à zéro, et non des moindres. Façon Marvel ou DC Comics, qui révisent régulièrement la mythologie de leurs héros en permettant à des scénaristes et des dessinateurs d'accumuler les univers parallèles et autres changements temporels, Laurent Lefeuvre décide de revoir complètement la genèse de son héros. « En retournant en arrière, je me suis rendu compte que Pol était un autre Peter Parker. » Comprendre : un adolescent un peu plat, inoffensif, qui ne change qu'avec l'arrivée de ses super-pouvoirs.

 

 

 

 

Dans l'album de Delcourt, Pol devient, pour le coup, un véritable petit con, un adolescent carrément stupide qui va soudainement se retrouver avec de grands pouvoirs — mais pas tout de suite de grandes responsabilités : « J'en ai fait un gamin malin, mais qui est aussi du genre à prendre très vite les gens pour des cons. J'ai toujours vu les super-pouvoirs comme une sorte de première expérience amoureuse : avant, on se comporte comme un puceau agressif ou vantard. »

 

Bien entendu, comme le veut la tradition du genre, des passerelles seront maintenues entre les différentes publications où Fox-Boy est apparu, et le tome 2, pas encore signé chez Delcourt, reviendra sur des aventures antérieures du garçon-renard. En attendant, le premier tome ravira les amateurs qui retrouveront des détails savoureux du comics (les aventures en 22 pages, la reprise du titre sur la première...), avec l'originalité d'une reprise personnelle en plus. 

 

Retrouvez Fox-Boy, t.1 : La nuit du renard, en librairie

 

Laurent Lefeuvre a commencé une vaste tournée en librairies, et notamment en comic shops, pour promouvoir son album, et sera présent lors de la Paris Comics Expo, les 22 et 23 novembre prochain. Par ailleurs, il a assuré la conception d'une exposition de Quai des Bulles, consacrée à Mikros et Photonik, qu'il sera possible de découvrir les 10,11 et 12 octobre prochains à Saint-Malo.